Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

dimanche 28 décembre 2014

La fin des statues Leblon-Delienne?








L'entreprise Leblon-Delienne créée en 1983 est à son début principalement un éditeur de statuettes en résine, de personnages de bande dessinée. Elle doit son nom à Marie Leblon et Éric Delienne, respectivement modeleuse et chef d'entreprise.




Outre les statuettes en résine, l'entreprise produit et commercialise également des objets de décoration (appartenant aux univers Barbapapa, Monsieur et Madame, Smiley, Dragon Ball Z, Le Petit Nicolas, Le Petit Prince etc.), ainsi que des pièces de mobiliers aux lignes douces et rondes mais énergiques avec son style caractéristique, un clin d’œil aux dessins Bande Dessinée.

Les pièces des séries limitées Leblon-Delienne sont très recherchées par les collectionneurs, du fait de leur qualité et de leur rareté. Les premières statuettes sous licence ont été sculptées en 1983 : les séries consacrées à Tintin sont encore aujourd'hui parmi les plus cotées.

La magie de l’enfance n’opère plus chez Leblon-Delienne à Neufchâtel-en-Bray.Un plan de continuation avait toutefois permis à l’entreprise, qui ne compte plus aujourd’hui qu’une quinzaine de salariés, de repartir en 2013. Elle misait sur les autres licences, comme Astérix, Bécassine, Blake et Mortimer, Spirou, Michel Vaillant ou même Calimero. Et s’était aussi développée dans la production de meubles design, les objets décoratifs, ainsi que la sous-traitance pour l’industrie du luxe. Mais cette diversification n’a pas suffi à compenser les pertes dans l’activité initiale.Sauf miracle, cette liquidation signera la fin d’une étonnante aventure née en 1987 de la rencontre de Marie Leblon avec les héritiers de Hergé. Cette artiste connue pour ses marionnettes leur avait alors montré sa dernière création : une statuette de Tintin se livrant à des exercices de yoga. Enthousiasmés par la proximité du personnage en 3D avec le héros de papier, ils lui avaient aussitôt fait signer un contrat l’autorisant à fabriquer et à vendre des figurines représentant les personnages des « Aventures de Tintin », en échange de royalties.

Les ultimes espoirs de reprise de la société Leblon Delienne se sont envolés ce mardi 23 décembre. Le 31 décembre prochain, l’entreprise neufchâteloise fermera définitivement ses portes. 16 salariés se retrouvent licenciés à la veille de Noël.

« C’est un savoir-faire qui disparaît en Normandie et part vers le Chine. Nous étions l’une des dernières entreprises à résister en Europe. Et ce sont 25 emplois équivalent temps plein qui sont perdus »

Nouveau coup dur pour l’emploi dans le pays de Bray. L’entreprise Leblon-Delienne, « fleuron de la ville de Neufchâtel », dixit le maire Xavier Lefrançois, ferme définitivement ses portes mercredi prochain. Récemment, Leblon-Delienne avait lancé une nouvelle gamme de figurines en vinyle avec l’un de ses partenaires, Artoyz. « Nous les créons et les distribuons ensemble. Cette gamme représente aujourd’hui 15 % de notre chiffre d’affaires », explique Laurent Buob, patron de la société depuis 2007. « C’est un vrai relais de croissance. »

UN PARTENARIAT SOLIDE ?

Et le partenariat fonctionnait tellement bien, qu’Artoyz a proposé une offre de reprise de la société.

Malheureusement, cette offre a été rejetée mardi par le tribunal de commerce. Selon l’institution, « le montant de l’offre n’était pas assez élevé. Mais c’est ridicule. Je suis consterné. C’est incompréhensible sur le plan économique », se désole le patron.

Artoyz était la seule entreprise à avoir fait une offre avec un projet de financement de 300 000 euros (200 000 euros de prêts bancaires et 100 000 euros d’actionnariat). Mais les responsables de l’entreprise Artoyz n’ont pas perdu tout espoir.

Artoyz avait notamment pour projet de quitter la bande dessinée franco belge pour se tourner vers l’univers de l’art contemporain avec une production française.




"Bonjour,


Je m’adresse à vous aujourd’hui en tant que PDG et fondateur de la société Artoyz, société basée à Paris, créée en 2003 et active dans l’univers de la culture graphique et plus spécifiquement des figurines de designer.

Il y a maintenant 3 mois la société Leblon Delienne a été placée en liquidation judiciaire et depuis lors nous nous débattons pour sauver ce savoir-faire unique en Europe, qualifié jusqu’alors Entreprise du Patrimoine Vivant. Et quand nous parlons de savoir-faire, nous parlons évidemment des personnes qui composent cette société et qui sont à la source de ce savoir-faire.

Pour rappel, Leblon Delienne est une société créée en 1989 à l’initiative de Marie Leblon et de Eric Delienne. La société a reposé durant de longues années sur les talents de sculpteur de Marie Leblon avant d’être transmise en 2006. Leblon Delienne doit sa notoriété essentiellement aux sculptures en résine des héros de la bande dessinnée franco-belge même si ces dernières années, avec l’essoufflement de ce marché et la fin de la collaboration avec Moulinsart, la société a tenté de se diversifier dans différents domaines avec certains succès mais aussi certains échecs. La société édite notamment les gammes de Playmobil en 30 cm, les Mickey Welcome en 30 et 140 cm et plus récemment les gammes Leblon Delienne x Artoyz en vinyle autour des licences Disney, DC Comics, Looney Tunes et Schtroumpfs.

Mais comme nous en faisions mention plus haut, même si vous percevez Leblon Delienne au travers de certains produits, Leblon Delienne c’est avant tout un savoir-faire unique en Europe avec un des derniers ateliers de production de figurines en résine de France basé en Normandie à Neufchâtel en Bray et 14 personnes donc 14 familles qui sont sur le point d’être grandement fragilisées. Aujourd’hui Artoyz se bat pour reprendre cette activité et la faire perdurer avec un projet simple et ambitieux visant à produire des créations d’artistes au sein de l’atelier de Neufchatel mais également d’exploiter des licences à caractère international, voir même à croiser les licences avec le travail des artistes. Notre projet a pour objectif de préserver l’intégralité de l’emploi au sein de l’emploi, voir même de créer une quinzaine d’emplois à fin 2017.

Artoyz est la seule société à s’être positionné pour la reprise de l’activité, proposant une somme comprise entre 50 000€ et 200 000€ pour reprendre l’ensemble des actifs et préserver l’intégralité des emplois. Malgré cela et pour des raisons nébuleuses qui en tout cas nous échappe, le Tribunal de Commerce de Dieppe a rejeté notre offre, préférant la liquidation pure et simple de la société au 31 décembre 2014 et donc le licenciement de l’ensemble des salariés.

Face à l’incompréhension devant une telle décision nous avons décidé de nous battre et de faire pression sur le Tribunal afin que celui-ci révise son jugement. Et nous mettrons tout en oeuvre pour empêcher la disparition de ce savoir-faire. Pour ce faire nous avons reçu le soutien de Marie Leblon, fondatrice de la société, mais également le soutien de M. Lefrançois, Maire de la Commune de Neufchâtel, de M Cauvet, Commissaire au Redressement Productif de la Région Haute-Normandie, de la Région Haute-Normandie, de Seine Maritime Expansion. Mais le plus important est que nous avons le soutien de l’ensemble des salariés qui veulent voir ce projet aboutir et ainsi empêcher une fois de plus la destruction d’emploi et la perte d’un savoir-faire français!

Afin de donner corps à notre combat nous avons décidé de manifester lundi 29 décembre 2014 à partir de 14:30 depuis les locaux de l’entreprise jusqu’à la Mairie de Neufchâtel en Bray. La manifestation regroupera les salariés des entreprises Leblon Delienne et Artoyz, mais également M le Maire de Neufchâtel ainsi que les Maires des communes avoisinantes ainsi que toutes les personnes qui souhaiteront nous aider à faire raisonner notre combat auprès de l’opinion public!

D’avance merci pour l’écho que vous voudrez bien donner à notre cause.

Pour tout renseignements complémentaires vous pouvez me contacter directement au 01.47.03.09.90 ou bien au 06.37.58.88.44.

Michael Rouah
PDG de la société ARTOYZ"

Pour l'amour de la BD, du travail bien fait et la sauvegarde d'un savoir faire unique en europe, si vous etes dans le coin, allez lundi à la manifestation, sinon signez la pétition:

pétition





Laurent