Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

lundi 30 avril 2012

un nouveau visuel apoKlyptik!

Laurent Lefeuvre est un dessinateur qui va publié bientôt un comic book étonnant et détonnant.

Tout d'abord il va avoir la chance d’être encré par le grand Klaus Janson.

Divers annonceurs feront partis de l'aventure y compris Apo (K) Lyps et voici le visuel de la pub.
plus de détails ici, et en boutique à la mi juin.


Understanding comics?


des bds qui parlent de bd en bd?

Oui, ça existe et parfois c'est même très bon!

Prenons deux auteurs au hasard(non pas vraiment au hasard puisque c'est de eux deux dont traitent ces lignes), à savoir Scott McCloud et Alex Baladi.

Le premier est l'auteur (entre autre) de "l'art invisible" et le second (entre autre)de "encore un effort", deux ouvrages dont la lecture est indispensable pour tout ceux qui veulent se frotter(un jour ou plus) au 9eme art.
"L'art invisible" est un ouvrage qui explique et catégorise la bande dessiné, certains appellent ça un "essai"...
Astucieusement déguisé en bande dessinée facile à lire, le livre de Scott McCloud explique simplement le langage de la bande dessinée.

Un livre sur la bande dessinée et en bande dessinée, cet ouvrage propose la réflexion de l'auteur sur la bande dessinée, ainsi qu'une "grille de lecture" au lecteur désireux d'approfondir sa compréhension et sa réflexion sur le sujet. Cet ouvrage, de même que "Réinventer la bande dessinée", est assez exceptionnel.
L'auteur expose quelques pistes pour mieux comprendre (ou pourquoi pas faire !), et par là-même apprécier la bande dessinée, et toutes sont intéressantes. Elles ne manqueront pas de faire réagir et réfléchir le lecteur. On peut bien évidemment être plus ou moins d'accord avec l'avis de Scott McCloud, mais ce livre est une base de réflexion vraiment digne d'intérêt. L'auteur le souligne d'ailleurs lui-même, espérant susciter un débat sur la vision de la BD, ses moyens, son avenir.
Si certains pourront regretter (et encore, le terme est fort), des répétitions et un défonçage de quelques portes ouvertes (en Europe, en tout cas), cet ouvrage est tout simplement indispensable au lecteur qui veut (mieux) comprendre le monde de la bande dessinée, et ses bandes dessinées.
Qu'il nous parle du temps qui passe dans une bd (l'espace est à la bande dessinée ce que le temps est au cinéma), de l'espace magique entre les cases, là où tout se passe, ou de l'apport narratif des mangas, il tombe toujours très (très) juste et certains passages nous font dire "Bon sang mais c'est bien sur" (comme dirait l'autre).

Qu'on soit lecteur du dimanche ou lecteur confirmé ou simplement amoureux de bd, c'est un bonheur de voir clairement mis en lumière des mécaniques qui nous sont si familières qu'on en oublie qu'elles existent.
Scott McCloud prouve par l’exemple ce qui n’était pas une évidence : la bande dessinée peut être didactique. L’art invisible est même un album très vivant, une démonstration abondamment illustrée (c’est le cas de le dire) du potentiel du « neuvième art ».

Bien sûr, Scott McCloud se base essentiellement sur des exemples issus des "comics américains", mais il pioche aussi dans la "BD européenne" et dans le manga. Sans parler des pages historiques où il remonte aux égyptiens, aux incas et à la tapisserie de Bayeux.

Bref, c’est l’ouvrage indispensable pour « s’instruire en s’amusant » !
Qu'une bande dessinée parle du médium bande dessinée sous l'angle dirons nous théorique était un point de départ tout à fait intéressant. L'ouvrage de Scott McCloud a ses qualités: il est facile d'accès, c'est un ouvrage de vulgarisation de certaines théories, il explique très bien les mécanismes qui font de la bande dessinée un art 9ème.
Il ne s’agit pas du premier essai sur la bande dessinée réalisé sous la forme d’une BD car Will Eisner en a réalisé un auparavant mais qui s’attachait plus à montrer certains principes et techniques que d’élaborer une analyse générale (La bande dessinée, art séquentiel, 1985). C’est d’ailleurs cet ouvrage qui est à l’origine de L’Art invisible.
En un peu plus de 210 pages L’Art invisible cherche à proposer une définition de la bande dessinée, s’attache à présenter le vocabulaire de celle-ci puis passe en revue ses caractéristiques : l’ellipse, la gestion du temps, le dessin, la place du texte.
 Scott McCloud s’attache à élargir un peu son propos sur l’élaboration de la bande dessinée et la mise en couleur avant de conclure. Le tout est proposé de façon très didactique et cherche à être le plus compréhensible possible. Il y a un réel souci de vulgarisation et de pédagogie qui est parfaitement rendu.

Tous les chapitres ne sont pas de la même qualité. Le premier consacré à l’histoire et à la définition de la bande dessinée est un peu faible car cherchant peut-être à englober un peu trop d’œuvres dans le champ de la BD. Le codex précolombien, la tapisserie de Bayeux ou les récits en gravures d’Hogarth ne sont pas de la bande dessinée même s’il s’agit de récits graphiques. Cependant, ce premier chapitre, malgré ses faiblesses dues principalement au fait qu’il aurait eu besoin de plus de développements, passe en revue les principaux enjeux d’une définition et donne une certaine assise à la suite du livre.

Le deuxième chapitre a le défaut d’être un peu trop théorique mais il pose les bases indispensables à compréhension de ce qu’est une bande dessinée et de l’importante variété de formes qu’elle peut prendre. Il faut donc un peu s’accrocher si on a pas trop l’habitude de lire des ouvrages théoriques car il est un peu long (36 pages). Ceci dit, l’effort demandé n’est pas insurmontable et c’est illustré avec beaucoup d’à propos. Cependant, si on a compris quel était le vocabulaire de la bande dessinée, notamment en distinguant l’image et le texte et en précisant les notions de réception / perception et les différents degrés entre la représentation de la réalité par l’image et le texte, il reste encore à voir comment ce vocabulaire est mis en œuvre.

Les chapitres 3 à 6 permettent de comprendre comment la bande dessinée fonctionne, quelle est sa grammaire. Ainsi, Scott McCloud attire note attention sur l’espace inter-iconique appelé aussi gouttière (le blanc entre deux cases d’une planche de BD) et l’importance de l’ellipse dans la narration. Les 34 pages consacrées au sujet sont formidables de clarté et constituent, à mon avis, la meilleure partie de l’essai. On peut apprécier tout particulièrement une tentative d’explication des spécificités narratives du manga. L’excellent quatrième chapitre consacré à la gestion du temps est plus court et se focalise sur la façon de rendre celui-ci sous la forme figée d’un ensemble de dessins sur une page ou même à l’intérieur d’une case. Ensuite, un chapitre assez court rappelle quelques vérités sur le dessin et la représentation des sentiments, sensations sous forme graphique. De nombreux fans de dessins léchés auraient bien intérêt à lire tout particulièrement cette partie afin de comprendre que non, l’auteur qu’on admire n’est pas si bon que cela et qu’en fait, c’est peut-être un tâcheron même s’il est excellent illustrateur.

C’est ensuite que L’Art invisible commence à perdre un peu de son intérêt. Heureusement, on n’est plus très loin de la fin, ce qui fait que cette baisse est sans réelle importance, le principal ayant été dit. Le chapitre 6 est pourtant important pour une bonne compréhension de la bande dessinée car il est consacré à l’interdépendance du texte et de l’image. Malheureusement, toute la première partie est assez théorique, plutôt nébuleuse et se contente souvent d’enfoncer quelques portes ouvertes. C’est seulement ensuite que l’auteur propose des cas concrets avec différents types de textes en exposant leur fonction narrative. J’aurai préféré une démarche inverse, partir du concret pour aller vers une théorie plus globale.

Le chapitre suivant sur le processus de création d’une BD expose là aussi une série de lieux communs et rappelle quelques évidences. Cela peut toujours intéresser les apprentis auteurs mais risque surtout de laisser de marbre les simples lecteurs. La courte partie sur la couleur est intéressante mais le thème est survolé un peu trop vite. Surtout, on continue à s’éloigner trop d’une théorie de la bande dessinée et des mécanismes nécessaires à sa compréhension. Enfin, un dernier chapitre propose une conclusion en résumant les propos de l’auteur. On a l’impression que Scott McCloud a peur de ne pas avoir été assez clair et essayer de re-expliquer autrement ses idées à grand renfort de pages très graphiques. À moins qu’il applique un principe pédagogique bien connu : celui de la répétition.

Il reste, malgré une fin moins intéressante, que l’ouvrage est indispensable pour qui cherche à mieux comprendre pourquoi il apprécie la bande dessinée et comment elle est construite. Il est amusant, puis, petit à petit agaçant, de remarquer l’usage systématique par Scott McCloud d’un effet de suspens en fin de page. Chaque planche est construite par une première case introduisant le propos et par une dernière créant une attente (il ne faut pas confondre avec l’effet de suspense qui lui, à l’intérieur d’une construction dramatique, cherche à générer une angoisse). On peut aussi regretter que les possibilités au niveau de la planche, notamment des deux planches en vis-à-vis, ne soit pas mieux développées. La notion de narration visuelle n’est pas vraiment explicitée non plus. L’importance du rythme dans la narration n’est pas réellement abordée non plus. Cependant, d’autres ouvrages permettent de combler ce manque et L’Art invisible les rend bien plus compréhensibles.

Un must donc mais quelques regrets aussi : l'ouvrage date de 1993 et zappe l'évolution du média depuis (et pour bouger, il a bien bougé), le manga est toutefois abordé. Ensuite, on trouve peu de pistes, références pour approfondir, seuls quelques grands noms (Eisner, Spiegelman, ...).

Plus près de chez nous,  dans la collection "éprouvette" de l'Association un ouvrage de Baladi qui est véritablement jouissif et instructif .

Plutôt que de s'embarquer dans un ouvrage théorique, Alex Baladi profite de cette incursion dans la collection Eprouvette de L'Association, consacrée aux essais, pour livrer une bande dessinée sur sa vie d'auteur. Partant de quelques anecdotes sur les séances de dédicaces, il vainc progressivement sa timidité initiale et cesse de tourner autour du pot pour livrer des histoires plus personnelles sur l'étroite relation qu'il entretient avec son moyen d'expression favori. S'ils ne sont pas réellement surprenants, les passages sur la dichotomie entre bande dessinée indépendante et bande dessinée commerciale, l'argent et la possibilité de vivre de sa passion d'un côté, la liberté et - oh le gros mot - “l'éthique” de l'autre, rappellent la difficulté de certains auteurs (et éditeurs), dont le quotidien s'apparente à un éternel dilemme. De plus en plus relâché au fil des récits, Baladi ose affirmer son point de vue - notamment sur la fameuse affaire des caricatures de Mahomet, où il présente un avis discordant sur la question - pour finalement relater des expériences plus intimes, sur l'importance qu'a eu la bande dessinée dans son enfance. Ou lorsque dessiner l'a "sorti" de la prison dans laquelle on l'avait enfermé. Le ton est sincère, toujours dégonflé par une humilité et une pointe d'humour qui resurgissent dans un dessin. Reposé et limpide - sauf dans ce magnifique intermède très "baladien", tout en texture et en matière -, son trait s'avère toujours aussi agréable à suivre dans ce découpage digne d’une marelle, progressant d'une case à l'autre en serpentin. Alors, même s'il préfère qu'on critique son travail pour lui prouver qu'il "vaut la peine d'en dire du mal", rien à faire : lire Baladi reste toujours un plaisir.
Hélas comme il le dit lui même un plaisir partagé en petit nombre.

Et si ce livre qui parle d'abord de bande dessinée et du fait d'en faire, d'être auteur, était le meilleur de son auteur ? C'est en tout cas comme ça qu'on le lit : à la manière d'une confession en plusieurs petits chapitres s'attaquant à tout ce qui concerne la découverte, la pratique, le regard sur la bande dessinée.
Un petit livre à chérir, surtout si l'on veut s'immerger dans le monde singulier des auteurs de BD.

Son style délié étonne, sa manière de faire flotter les cases dans la planche surprend et cette façon de confondre les dimensions à la Matisse le caractérise. Baladi, genevois vivant à Berlin après Bruxelles, expose à Lucerne. «J’ai gouaché des dessins sur des feuilles de couleur et les ai assemblés en grappes sur le mur circulaire qu’on m’a mis à disposition. Et je suis intervenu directement sur le mur. » «Routine & accident» se présente comme une installation, on y découvre même un livre-tombe, car la route ne pardonne pas. Baladi fait pleurer ou transpirer le drapeau suisse. As dans l’art de la métamorphose, il transforme les gouttes, au sol, en phylactères, qui à leur tour deviennent des personnages. " Encore un effort, fidèle coutelas" – clin d’œil à Rahan! –, une autobiographie axée sur sa manière originale de pratiquer la bande dessinée.


samedi 28 avril 2012

[02] Les nouveautés à découvrir : Daytripper

Bonjour à tous,

Deuxième chronique sur les nouveautés à découvrir, aujourd'hui sur Daytripper. Une fois par an à peu près, il y a une bande dessinée qui fait l'unanimité entre Laurent et moi. Chaque anné, un titre sort et il nous semble à tous les deux évident que c'est celle-ci qui sera NOTRE BD de l'année. Fin 2010 et pendant tout 2011 on vous a rabâché les oreilles avec l'inégalable Asterios Polyp (toujours dispo en V.O et en V.F à la librairie.), cette année ce sera Daytripper. Alors accrochez vous bien ou évitez nous pendant un an, parce que ce n'est que la première fois que nous vous en parlons.


Avant tout, essayez de ne pas trop faire preuve d'empathie en lisant ce comic, le héros meurt toutes les 20 pages. En effet, chaque épisode qui compose l'ouvrage porte sur un moment différent de la vie du personnage principal, Bràs, et se termine par la mort de celui-ci. Il est le fils d'un écrivain aux succès populaires et académiques et lui-même tente de percer dans le milieu littéraire. En attendant d'écrire l'oeuvre de sa vie, il travail dans un journal pour lequel il écrit des nécros. Cette quête de l'écrivain se retrouvera tout au long du texte et participera à la construction du personnage.


Chaque épisode revient sur un moment marquant de sa vie dans un ordre complètement achronologique. A travers cette série d’évènements, on découvre la jeunesse du personnage, baignée dans une ambiance familiale simple et chaleureuse, sa profonde amitié avec Jorge, rencontré sur les bancs de la fac, ses relations amoureuses, sa vie familiale d'adulte, etc. Autant de moments partagés avec le héros et qui, même s'ils s'achèvent par sa mort, son impégnés de toutes les émotions humaines que l'on peut ressentir au cour d'une vie. C'est là la grande réussite de Fábio Moon et Gabriel Bá, parvenir à retranscrire tous les sentiments des personnages, sans jamais tomber dans l’excès. On ne sort pas indifférent de la lecture de ce comic car on se reconnait fatalement dans de nombreux aspect de la vie de Bràs.

Graphiquement, le dessin de Gabriel Bá et de Fábio Moon est remarquable. A la frontière entre ce que nous pouvons trouver chez les auteurs indépendants et le comics mainstream, il s’intègre parfaitement à la collection Vertigo et saura séduire un lectorat très large.


Daytripper est probablement un exemple de ce qui peut se faire de mieux aujourd'hui en terme de graphic novel. A la fois accessible à tous et exigeant, il offre un divertissement qui fera écho à vos propre réflexions et à vos sentiments. Une vraie réussit à découvrir et à faire découvrir.

Bonne lecture à tous,

Rémi

[01] Les nouveautés à découvrir : Superior

Bonjour à tous,

Aujourd'hui j'inaugure une nouvelle série d'articles, à parution irrégulière, dans laquelle je vous parlerais des dernières sorties qu'il ne faut manquer sous aucun prétexte. Evidemment, les avis donnés dans ces articles sont subjectifs et vous avez le droit de ne pas être d'accord. N'oubliez pas que les commentaires vous sont ouverts si vous souhaitez réagir.

On commence avec une des séries les plus attendues de cette année : Superior. Attendue car il s'agit de la nouveauté de Mark Millar et qu'après le succès de Kick Ass, le lectorat Français avait hâte de découvrir une nouvelle création originale de l'artiste aux chevilles aussi imposantes que son imagination.

Très sincèrement, en ce moment je ne suis pas le plus grand fan de Millar qui soit. J'ai été plutôt déçu par Kick Ass 2 (vous aurez bientôt l'occasion de découvrir ça chez Panini) et Nemesis m'avait laissé de marbre. Heureusement, en parallèle à ça, j'avais eu l'occasion de lire Superior issue par issue... et ça valait le coup. C'est donc avec plaisir que j'ai déballé cette version française de Panini.

Superior c'est l'histoire d'un jeune garçon paraplégique à cause de sa sclérose en plaque et qui va se transformer en super héros après sa rencontre avec un singe galactique. Alors oui, dit comme ça on dirait un scénario inventé par Mark Millar Jr; mais il ne faut pas se méprendre, derrière ce scénario d'apparence simpliste, Mark Millar cache de nombreuses subtilités qui donnent toute sa saveur au récit.

En effet, il faut savoir que le monde dans lequel se déroule l'histoire est assez similaire au notre, les super héros n'existent que dans les comics et leurs adaptations cinématographiques. Notre jeune héros va donc être transformé en superman local avec la tête de l'acteur qui l' incarne au cinéma. De plus, s'il récupère les pouvoirs et l'apparence de l'encapé, il garde sa candeur et son innocence enfantine... des valeurs assez peu caractéristiques des Supers en général et qui crée des situations et des conversations assez cocasses.

Toutes ces déblatérations sur notre ami M.M. me feraient presque oublier qu'un comic ne se fait pas tout seul et que Leinil Yu joue un rôle majeur dans l’intérêt de celui-ci. Pour ceux qui ne connaîtraient pas bien son travail (Hum, y'en a-t-il vraiment parmi nos lecteurs?), il est le dessinateur de Secret Invasion, Ultimate Avengers, New Avengers, etc. Autant dire que dessiner les plus grand héros de la terre, ça le connait et ça lui réussi. Ici il parvient à créer un univers graphique très différent de celui de Marvel et qui accompagne à merveille le récit de Millar.

Que vous aimiez les histoires de super héros classique ou les récits un peu en dehors des clous comme the Boys, il est à peu prés certain que vous apprécierez Superior. On est loin des déferlements de violence gratuite et sans intérêt scénaristique que Millar a la faiblesse de nous balancer de temps en temps. Seul petit bémol, Panini ne change pas une technique qui gagne et ne publie que la première partie de l'arc pour le moment. Il va donc vous falloir un peu de patience pour pouvoir déguster l'ensemble de la série.

Sur ce, bonne lecture à tous et à bientôt!

Rémi

vendredi 27 avril 2012

Mai à reculons

Le mois de mai, le mois de la glande à la française, avec son cortège (du 1er mai) de jours fériés et donc de fermetures.

Les mardi 1er et 8 mai étant fériés, la librairie ne sera pas ouverte lundi 30 avril et lundi 7 mai.

Jeudi 17 mai, la librairie sera ouverte de 15h00 à 19h00

Samedi 5 mai, c'est le Free comic book day, et nous vous réservons pleins de surprises!

Pour les autres jours vous pouvez nous retrouvez au 120 rue Legendre, 75017 Paris du lundi de 14h30 à 19h30 (sauf le 30 avril et le 7 mai, donc!), du mardi au vendredi de 11h00 à 21h00 (sauf le 17 mai, de 15h00 à 19h00), et le samedi de 11h00 à 19h30!

et n'oubliez pas que si vous partez en week end, la lecture de Superior et de Daytripper vous sont fortement conseillés!

Laurent

jeudi 26 avril 2012

La V.F. du jeudi

Bonjour à tous, voici ce que nous avons reçu aujourd'hui:

En librairie:

Daytripper
Les mille et une vies d’un aspirant écrivain… et ses mille et une morts. Brás de Oliva Domingos, fils du célèbre écrivain brésilien, passe ses journées à chroniquer les morts de ses contemporains pour le grand quotidien de Sao Paulo… et ses nuits à rêver que sa vie commence enfin. Mais remarque-t-on seulement le jour où notre vie commence vraiment ? Cela commence-t-il à 21 ans, lorsque l’on rencontre la fille de ses rêves ?  Ou au crépuscule de sa vie… (#1-10)

American Vampire Legacy T.1
En 1941, Cash McCoogan et Felicia Book, membres de l’organisation anti-vampires des « Vassaux de Vénus », bravent le danger et traversent les lignes ennemies dans une Roumanie occupée par les nazis, afin de trouver un remède contre le vampirisme découvert par un savant. Mais le chercheur est entre les mains des prédateurs nocturnes ralliés au IIIe Reich… (AMERICAN VAMPIRE : SURVIVAL OF THE FITTEST#1-5)

En fascicules:

Green Lanter Showcase 2
Scénario: Geoff Johns, Peter J. Tomasi, & Tony Bedard – Dessin: Doug Mahnke & collectif
Dans un conflit qui les oppose à tous les membres du Green Lantern Corps, les quatre représentants humains – Hal Jordan, Guy Gardner, Kyle Rayner, John Stewart – sont amenés à faire un choix qui marquera à jamais l’histoire des Green Lantern. Cependant, tous ne sont pas d’accord sur les fins et les moyens à mettre en oeuvre (contient les épisodes Green Lantern Emerald Warriors #9, Green Lantern #66, Green Lantern Corps #60, Green Lantern Emerald Warriors #10 et Green Lantern #67).

Flashpoint 3
Scénario: Geoff Johns, Scott Snyder, Lowell Francis – Dessin: Andy Kubert, Gene Ha
Alors que la bataille finale entre les super-héros de l’univers parallèle du Flashpoint s’annonce, Scott « American Vampire » Snyder et Gene (Top 10) Ha retracent la vie de celui qui aurait pu devenir l’Homme d’Acier ! Le dernier numéro d’une saga qui va changer à jamais l’univers des superhéros DC Comics ! (Contient les numéros US Flashpoint #2-3, Flashpoint Project Superman # 1-3)

Avengers 5
Thor vs Galactus et le Silver Surfer : dernier round. De son côté Captain America essaie de revenir dans notre dimension pendant que les Jeunes Vengeurs affrontent les Vengeurs (qui eux-mêmes en décousent avec Fatalis !). Par Fraction, Coipel, Brubaker, McNiven, Heimberg et Chen.
(Contient les épisodes US Thor (2011) 6 ; Captain America (2011) 4 ; Avengers : The Children's Crusade 5-6)

 
Fear Itself 7
Prêts pour le grand final de la saga de Matt Fraction et Stuart Immonen ? Une histoire trop imposante pour se contenter de notre format habituel ! Dans les 64 pages de cet ultime numéro, vous assisterez à la grande bataille entre les Dignes et les Vengeurs, à la mort inattendue d’un héros et au prologue de nouvelles et spectaculaires séries qui débuteront courant 2012.
(Contient les épisodes US Fear Itself 7 ; Fear Itself : Home Front 7 (III-IV))


X-Men 15
Ne manquez pas les deux premiers épisodes de Schisme, l'épopée qui va bouleverser la famille mutante à jamais. Ils sont signés Jason Aaron, Carlos Pacheco et Frank Cho. Mike Carey et Steve Kurth nous embarquent dans l'espace avec des mutants très particuliers…
(Contient les épisodes US X-Men : Schism 1-2 ; X-Men Legacy 254-255)

 
Marvel Heroes 16
Alors que Fear Itself s'achève grâce à l'aide de Loki, les Vengeurs et les jeunes de l'Académie doivent décider de leur avenir. Un numéro mouvementé avec l’arrivée de nouveaux héros, la visite de Magnéto et le retour de Norman Osborn. Le tout imaginé par Bendis, Gage, Gillen, Acuna, Chen et Portacio.
(Contient les épisodes US Journey Into Mystery 628 (2ème partie), 629-630 ; Avengers (V4) 18 ; Avengers Academy 21)

 
Marvel Stars 16
Jason Aaron et Marc Silvestri présentent le tout premier épisode de la nouvelle série de Hulk. Vous retrouverez aussi les Vengeurs Secrets d'Ellis et Aja, Hulk rouge de Parker et Hardman, et les Thunderbolts de Parker et Walker.
(Contient les épisodes US Incredible Hulk (V3) 1 ; Secret Avengers 18 ; Hulk 40 (2ème partie), 41 ; Thunderbolts 163)


Bonne lecture à tous! 

mercredi 25 avril 2012

News V.O. du mardi

Bonjour à tous,

Voici ce que nous avons reçu aujourd'hui:

ALL STAR WESTERN #8
AMERICAN VAMPIRE #26
AQUAMAN #8
ASTONISHING X-MEN #49
AVX VS #1
BATMAN THE DARK KNIGHT #8
BATTLE SCARS #6
BLACKHAWKS #8
BPRD HELL ON EARTH PICKENS COUNTY HORROR #2
CAPTAIN AMERICA #10
CROSSED BADLANDS #4
DANGER GIRL REVOLVER #4
DAREDEVIL #11 OMEGA
DAREDEVIL GUARDIAN DEVIL TP
FLASH #8
FURY OF FIRESTORM THE NUCLEAR MEN #8
GAME OF THRONES #7
GOON #39
GREEN LANTERN NEW GUARDIANS #8
I VAMPIRE #8
JUSTICE LEAGUE DARK #8
JUXTAPOZ #136 MAY 2012
LIL DEPRESSED BOY #10
MIGHTY THOR #13
MOON KNIGHT #12
NEW AVENGERS #25 AVX
NEW DEADWARDIANS #2
PAUL AUSTERS CITY OF GLASS
POPEYE #1
REBEL BLOOD #2
CAPTAIN AMERICAN IDOL #1
SCIENTHORLOGY #1
SAVAGE HAWKMAN #8
SPACEMAN #6
STAR WARS BLOOD TIES BOBA FETT IS DEAD #1
STORMWATCH HC VOL 01
SUPERCROOKS #2
SUPERMAN #8
TEEN TITANS #8
TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES ONGOING #9
TWELVE #12
ULTIMATE COMICS ULTIMATES #9
UNCANNY X-MEN #11
UNCHARTED #6
VOODOO #8
WOLVERINE #305
X-FORCE TOY SOLDIERS PREMIERE HC

Bonne lecture à tous!

jeudi 19 avril 2012

News VF du Jeudi


Bonjour à tous,

Voici la liste des titres reçus cette semaine:

Marvel Universe 1
Marvel Universe prend un nouveau départ avec le premier des deux numéros racontant le retour de Thanos, qui semble être le seul à pouvoir déjouer les plans du mégalomane Adam Magus. Découvrez aussi les origines de Nova et l'entrée en scène d'une équipe cosmique inédite. Le texte est signé Dan Abnett et Andy Lanning, les dessins sont de Di Vito, Walker et Sepulveda.
(Contient les épisodes US Nova 36 ; Thanos Imperative Ignition (I) ; Thanos Imperative 1-3 ; Nova : Origin of Richard Rider (1ère partie))

Marvel Heroes Extra 10
L'événement Marvel de l'année débarque dans un numéro entièrement consacré à l'Académie des Vengeurs, concocté par les excellents Christos Gage et Tom Raney.
(Contient les épisodes US Avengers Academy 15-20)

Avengers Extra 2
Adam Glass et Tan Eng Huat nous offrent un récit complet retraçant la première aventure de Thor sur Terre. Situé avant la fondation des Vengeurs, Premier Coup de Tonnerre est le moyen idéal de faire connaissance avec le dieu du Tonnerre.
(Contient les épisodes US Thor : First Thunder 1-5)

Marvel Classic 6
D’abord membre des premiers X-Men, le Fauve avait quitté l'équipe, s'était transformé en monstre et avait rejoint les Vengeurs. Redécouvrez l'histoire du "nouveau" Fauve dans ce récit des années 70 imaginé par Steve Englehart et George Tuska.
(Contient les épisodes US Amazing Adventures (1970) 11 ; Avengers (1963) 137-140 ; X-Men (1963) 48-53 (II))

X-Men Extra 89
La Forteresse X est aux mains des Protecteurs, il est temps de découvrir ce qui se trouve à l'extérieur, avec l'aide de Gambit et Legacy. Un dénouement magistral superbement orchestré par Mike Carey, Steve Kurth et Clay Mann.
(Contient les épisodes US Age of X Universe 1-2 ; X-Men Legacy 247 ; New Mutants 24)

Comic Box 76

Bonne lecture!


Précisions concernant la dédicace de demain



Bonjour à tous,

Voici comment va se déterminer l'ordre de passage des personnes inscrites pour la dédicace:

A partir de 11h demain, heure d'ouverture de la boutique, toute personne inscrite pour la dédicace qui fera un achat à la boutique (livre, print exclusif, etc) recevra un ticket dont le numéros déterminera son ordre de passage. Dans tous les cas, il n'y aura pas de tirage au sort et tous les inscrits auront une dédicace.

Petite précision pour ceux qui ont répondu sur Facebook qu'ils seront présents : Il faut absolument être inscrit en boutique (donc nous avoir mailé, téléphoné ou être venu nous voir) pour être considéré comme participant à la dédicace.

A demain!

mercredi 18 avril 2012

News V.O. du mercredi

Bonjour à tous,

Voici ce que nous avons reçu aujourd'hui:

3 STORY SECRET FILES O/T GIANT MAN ONE SHOT
AMAZING SPIDER-MAN #684 ENDS
AVENGERS #25
AVENGERS VS X-MEN #2
BATMAN #8
BATMAN BEYOND UNLIMITED #3
BATMAN ODYSSEY VOL 2 #7
BIRDS OF PREY #8
BLUE BEETLE #8
BPRD HELL ON EARTH LONG DEATH #3
CAPTAIN ATOM #8
CATWOMAN #8
CINDERELLA FABLES ARE FOREVER TP
DARK HORSE PRESENTS #11 ZONJIC
DC UNIVERSE PRESENTS #8
DEFENDERS #5
DOMINIQUE LAVEAU VOODOO CHILD #2
FABLES #116
GREEN LANTERN CORPS #8
HARVEY PEKAR CLEVELAND H
HELLBLAZER #290
INCREDIBLE HULK #7
JUSTICE LEAGUE #8
LEGION OF SUPER HEROES #8
MANHATTAN PROJECTS #2
NEAR DEATH #7
NEW TEEN TITANS OMNIBUS HC VOL 02
NEXT MEN AFTERMATH #42
NIGHTWING #8
NO PLACE LIKE HOME #3
PUNISHER #10 OMEGA
RACHEL RISING #7
RAGEMOOR #2
RED HOOD AND THE OUTLAWS #8
RESET #1 (OF 4) BAGGE CVR
ROCKETEER ADVENTURES 2 #2
SPAWN ORIGINS HC VOL 06
STAR WARS DAWN O/T JEDI FORCE STORM #3
STEED AND MRS PEEL #4
SUPERGIRL #8
TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES MICRO SERIES #4 LEONARDO
THUNDER AGENTS VOL 2 #6
THUNDERBOLTS #173
UNCANNY X-FORCE #24
WALKING DEAD #96
WOLVERINE AND X-MEN #9
WONDER WOMAN #8

Bonne lecture

mardi 17 avril 2012

News V.F. du mardi

Bonjour à tous,

Voici la liste de ce que nous avons reçu aujourd'hui.

N de Stephen King
Sentiers de la perdition T.3
Anna Mercury T.1
Wolfman T.1 et T.2
Avengers Under Siege
Ignition City T.1
B.P.R.D. : La déesse noire
Integrale Avengers T.7 1973-1974
Blue Estate T.2

Bonne lecture à tous!

Ps: Wolfman est désormais publié par Glénat comics et a enfin la traduction que la série mérite, sans coquilles ni fautes.