Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

samedi 4 février 2012

Twe Twelve vol.1 de Michael Straczynski et Chris Weston


Voilà déjà deux jours que j'ai lu The Twelve et j'ai encore du mal à trouver les mots pour décrire cette BD. Allez, prenons notre courage à deux mains et lançons dans cette périlleuse critique.

Ce premier volume de The Twelve regroupe les 6 premiers numéros de la série écrite par Michael Straczynski et initialement publiée par Marvel en 2008.


L'histoire commence en 1945, les alliés sont dans Berlin et l'Empire Nazi est en train de chuter. Pour soutenir les soldats, de nombreux super héros se sont engagés dans le conflits. Si Captain America ou Namor sont le fer de lance de cette offensive super héroïque, certains héros moins connus sont également présents. 12 d'entre eux explorent le quartier général des S.S. afin de débusquer les derniers résistants quand ils se font capturer et mettre sous stase. Oubliés de l'histoire, ils demeureront dans cet état pendant plus de 60 ans.

Quand ils sont redécouverts par hasard en 2008, l'armée leur offre le gite et le couvert le temps qu'ils se réadaptent, en remerciement de leurs actions pendant la guerre. Les évènements de Civil War ayant quelque peu modifié la manière dont le public percevait les supers héros, l'armée est également heureuse d'avoir sous la main une poignée d'homme et de femme encore porteurs de l'ancien American way of life.

Evidemment, pour nos douze compères, les choses vont s'avérer plus difficile que l'on pourrait le penser. Leurs proches sont morts et l’Amérique a changé. En bien sur certains points, mais le futur qu'on leur avait promis ne s'est pas réalisé...


Les héros de cette série n'ont pas été créés pour celle-ci. Se sont tous d'anciens héros qui font partis du Golden Age de Marvel. Oubliés avec le temps, la plume de Straczynski les réveil à la vie et explique ainsi une disparition qui jusque alors n'était dû qu'au passage des modes.

On prend beaucoup de plaisir à découvrir ces personnages oubliés dans un contexte contemporain. Si le racisme latent de certains et leur petit côté réac ne sont pas forcément ce que l'on préfère, ils sont malgré tout porteur d'un espoir désabusé qui les rend attachant.

Le scénario de Straczynski est très bon, c'est peut-être l'un de ses meilleur. On a de vrais réflexions plutôt originales pour un comics. Déjà dans son "Thor" il avait soulevé des questions  aussi variées que la responsabilité de l'Etat dans la catastrophe Catrina ou la nécessité pour les Etats Africains de régler leurs problèmes sans l'intrusion des pays occidentaux. Ici il préfère se concentrer sur les Etats-Unis. On retrouve la nostalgie nord-américaine pour les années 40-50 qui étaient porteuses de promesses qui ne se sont jamais réalisées. On comprend et partage la déception des protagonistes même si pour nous, européens, cette anticipation de grandeur future est moins encrée dans notre esprit.


Quand on lit The Twelve, on pense nécessairement à Watchmen. Les héros ont l'air aussi mal intégrés dans leur contexte, même si dans The Twelve ils sont globalement appréciés par le public. Et bien que la thématique de réflexion est différente de celle de Watchmen, on reste dans des topos assez éloignés de ceux que l'ont a l'habitude de rencontrer. Le graphisme moderne mais à la manière de l'ancien vient ajouter à cette proximité entre les deux ouvrages. En sus, le dessin et la colorisation permettent au lecteur de retrouver un esprit très Golden Age tout en étant beaucoup plus accessible de nos jours.

The Twelve est définitivement une série surprenante. Et nous sommes très content que Stracynski ai décidé de la reprendre. Afin de découvrir la série dans son intégralité, vous pourrez vous procurer:

- Le TP de The Twelve regroupant les épisodes 1 à 6
- Le fascicule Must Have The Twelve qui compile les épisodes 7 et 8
- Le tout nouveau fascicule The Twelve 9 qui vient de sortir.
Le tout en VO, bien évidemment.

Très bonne lecture à tous,

Rémi