Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

jeudi 20 octobre 2011

NEWS VF du jeudi! et les titres oubliés de mardi...

Jeudi deja!

La déferlante 52 ne laisse que peu de place aux autres sorties du mercredi (au passage on souhaite un bon 52eme anniversaire à Dan Didio...) mais à part l'excellent"Batman #2" de Snider/Capullo/Glapion
et le très moyen "JLA #2" de Mr Lee, il y a quand même la fin de "Fear Itself", la suite de "Superior" et les traductions en français dans le texte.

D'ailleurs mardi, dans la précipitation et le Jetlag, j'ai oublié de citer la moitié des titres réceptionnés par le compère Alex avec entres autres la suite de "Superman vs Aliens", la suite de"La Ligue des Gentlemen Extraordinaires" et le tome 4 de "28 jours plus tard".

Aujourd'hui nous avons reçu pleins d'Artbooks de Luis Royo édité par Milady Graphics,
 Les deux versions du Artbook "Créatures de Légendes", car Zenescope fait recette (avec du J.S.Campbell pour l'onanisme du petit prince^^)


mais aussi Le Livre sur la genese d'"Aliens le mythe"( Huginn & Muninn éditeur), avec tout un tas de dessins, photos et explications qui font de ce livre l'indispensable cadeau de noel de tous fans qui se respectent!

Milady vient de sortir également le roman graphique de cette fin d'année, à savoir "Fluorescent Black", joliment traduit par les yeux experts de notre distingué concurrent mais néanmoins collègue Philippe Touboul d'Arkham Comics (le blog c'est la) à qui nous passons un high five s'il lit ces lignes (ou l'autre Philippe, hein parce qu'on est pas bégueule).
Contrairement à ce qui est écrit en 4eme de couv', pas besoin de tuer pour avoir ce livre, suffit de faire un chèque en blanc à l'ordre de ma femme (qui, elle, ne lit pas le blog, elle vit déjà avec moi...)
Cette fin d'année va faire mal à votre porte monnaie, mais du bien à la trésorerie de la boutique, et du bien à votre esprit.
 Qui a dit Paul Pope?

En parlant de roman graphique de qualité, est paru en co-édition (Laurence Viallet et Ca et La) "Seven Miles a second" suite du roman culte de David Wojnarowicz.

"7 miles a second", roman graphique autobiographique, a été publié en 1996 aux États-Unis, soit quatre ans après la mort de David Wojnarowicz. Il s’agit de l’unique incursion du célèbre artiste et écrivain contemporain David Wojnarowicz dans la bande dessinée. Le projet, né en 1988, est le fruit de la collaboration entre trois amis, James Romberger, dessinateur, Marguerite Van Cook, coloriste, et David Wojnarowicz. Le livre n’étant pas terminé au moment de la mort de ce dernier en 1992, James et Marguerite ont achevé l’ultime chapitre en 1994.
Découpé en trois parties, "7 Miles a second" retrace la vie picaresque et quasi mythologique de David Wojnarowicz, l’existence hors du commun de l’artiste et de l’écrivain virtuoses, mise en scène et magnifiée dans ses ouvrages, se prêtant naturellement à une riche interprétation graphique. "7 miles a second" retrace son parcours depuis la fin de l’enfance, marquée par ses errances de jeune garçon livré à la prostitution occasionnelle dans un New York sauvage, jusqu’à sa lutte tragique contre le sida. Les deux premières parties, « Soif » et « Chiens errants » illustrent cette enfance v(i)olée, recomposant le tableau de cette déshérence en nous donnant à voir des anecdotes parfois déjà lues, autrement relatées, dans "Au bord du gouffre". La troisième et dernière partie est consacrée à la fin de sa vie, à sa lutte personnelle, politique, et tragique contre le sida.
La fulgurance des visions wojnarowicziennes, son imagination débridée, sont remarquablement traduites en images. Ce roman graphique nous offre une nouvelle façon de parcourir l’œuvre de Wojnarowicz et d’être les témoins émus de la vie d’un homme et d’un artiste extraordinaires. Le texte, d’une beauté bouleversante, d’une poésie déchirante, frappe également par son énergie galvanisante, servie par les illustrations précises et surréalistes de Romberger, rehaussées des couleurs psychédéliques de Marguerite van Cook, qui véhiculent magnifiquement la radicalité d’une poésie singulière et jusqu’au-boutiste.


DAVID WOJNAROWICZ s’est imposé comme l’un des artistes américains incontournables des années 80. Il naît dans le New Jersey en 1954. Enfant battu et maltraité, il s’enfuit à New York, découvre son homosexualité, vit dans la rue, subsiste grâce à la prostitution occasionnelle. Il traverse les États-Unis en auto-stop. Pendant les années 80, il devient un artiste reconnu (photographe, vidéaste, peintre, sculpteur et écrivain). Il appartient au mouvement artistique de l’East Village et évolue dans le milieu alternatif new-yorkais (Nan Goldin, Richard Kern, Lydia Lunch, Kathy Acker...) Homosexuel militant, farouchement critique de la société américaine, il meurt du sida en 1992.


Né en 1958, James Romberger est un artiste américain connu pour ses représentations du Lower East Side de New York. Ses dessins au pastel figurent dans de nombreuses collections publiques et privées, et des musées (dont le Metropolitan Museum of Art.) Ses expositions solos et collectives ont été montrées dans de nombreuses galeries, dont Ground Zero NY, la galerie Grace Borgenicht, Gracie Mansion, ainsi qu’au New Museum of Contemporary Art. Romberger est auteur de BD depuis le début des années 1980. Il a travaillé pour les principaux éditeurs américains, Marvel Comics, Image Comics et DC Comics.
Son dernier roman graphique," Aaron et Ahmed" (écrit par Jay Cantor) est paru en avril 2011 chez DC Comics / Vertigo et est disponible au magasin.


Marguerite Van Cook a réalisé la mise en couleurs de " Seven Miles a Second". Née en Angleterre, Marguerite Van Cook est une artiste, poétesse, musicienne, danseuse et réalisatrice de courts métrages. Elle a été l’une des figures de la scène punk londonienne et a notamment fait la première partie de la tournée "“Give ‘Em Enough Rope/Sort it Out” des Clash avec son groupe The Innocents. Elle est depuis trente ans l’une des actrices incontournables de la scène artistique du East Village à New York. Ses travaux pluridisciplinaires (photos, vidéos, peintures) sont exposés dans de nombreuses galeries et expositions d’art contemporain dans le monde entier.


Les chasseurs de Ptérodactyles


New York, 1904. La patrouille des chasseurs de ptérodactyles pourchasse sans relâche les ptérodactyles qui terrorisent la population de la ville depuis des années. Eamon Sullivan, patrouilleur émérite, vient d’abattre l’un des derniers spécimens encore vivants. Son jeune frère, Declan, lui-aussi membre de la patrouille, mais en tant que simple guetteur, semble éprouver une certaine réticence à participer à cette dernière campagne de chasse,. Même s’il jalouse son frère et les attentions que lui valent ses exploits, Declan ne semble pas être prêt à porter la responsabilité de l’extinction de ces créatures. Mais suite à un accident,qui ressemble fortement à un sabotage, il doit remplacer son frère au pied levé...

"Chasseurs de Ptérodactyles" est une petite perle, initialement éditée en 2010 sur du papier journal par son auteur, un jeune américain tout juste diplômé de la prestigieuse School of Visual Arts de New York.
Brendan Leach fait montre d’une étonnante maîtrise graphique et d’un style déjà bien installé. Il créé un univers baroque de science fiction retro-futuriste, et parsème son récit de très belles trouvailles narratives et graphiques. Une jolie découverte et un auteur à suivre...

Brendan Leach est né en 1979 à Staten Island, dans l’état de New York. Il a été soutenu par la prestigieuse la Fondation Xeric en 2010 et publiés dans plusieurs anthologies, dont "Best American Comics 2011"( disponible à Apo (K) Lyps, et juste après Paul Pope), "Smoke Signal", "Rabid Rabbit", et "Ferocious Quarterly".
Brendan vit et travaille actuellement à Brooklyn, NY.



La série "La Grande Guerre de Charlie" (Charley’s War), qui compte huit volumes, a été créée par Pat Mills et Joe Colquhoun et publiée entre 1979 et 1988 dans le magazine hebdomadaire Battle au Royaume-Uni, dont elle fut le plus grand succès. Elle est considérée à ce jour comme l’une des meilleures bandes dessinées de guerre et relate le quotidien du jeune Charlie Bourne, adolescent de 16 ans qui, entraîné dans l’élan patriotique général, se porte volontaire pour s’engager dans l’armée Britannique pendant la Première Guerre Mondiale.
S’appuyant sur un travail de documentation extrêmement minutieux et servi par l’impressionnante mise en image de Joe Colquhoun, le scénariste Patrick Mills nous propose une expérience inédite dans la bande dessinée de guerre : une immersion continue, sans répit ni temps mort, redonnant à l’horreur et à l’absurdité de la guerre des tranchées toute sa force et son intensité.
Saluée unanimement outre manche et régulièrement rééditée, cette œuvre est pratiquement inconnue du public français, seuls quelques épisodes ayant été publiés en France dans les magazines de petit format Bengali et Pirates, entre 1982 et 1986.
La Grande Guerre de Charlie est coéditée par les éditions çà et là et 360 Media Perspective, sous le label Delirium, à raison de deux volumes par an (parution du volume 2 prévue au premier trimestre 2012).

Pat Mills, né en 1949, est l’un des auteurs les plus influents de l’industrie britannique des comic-books depuis les années 70.
Auteur freelance à ses débuts, il a participé à la création de plusieurs revues dédiées à la bande dessinée de genre, telles que Battle, pour laquelle il a conçu la série Charley’s War, qui a été un succès immédiat et est régulièrement rééditée depuis outre manche.
Par la suite, il a notamment fondé et rempli les fonctions de premier rédacteur en chef de la revue culte 2000AD, pour laquelle il a participé à la création de personnages et de séries emblématiques tels que Judge Dredd, Slaine, ABC Warriors ou Nemesis the Warlock, contribuant à l’émergence internationale de nombreux artistes talentueux (Brian Bolland, Kevin O’Neill, Simon Bisley...)
Au-delà de son influence majeure en Grande-Bretagne, il travaille et publie des œuvres directement aux Etats-Unis ou en France ou il est connu pour les traductions de certaines de ses séries anglaises (Sláine, Marshal Law) ainsi que pour son travail récent dans le cadre du marché français : Sha et Requiem, Chevalier Vampire avec le dessinateur Olivier Ledroit..
Il vient d’être nommé en 2011 “Honorary Visiting Professor” à l’Université de Liverpool pour sa vaste contribution à culture pop britannique depuis près de quarante ans.

Joseph Colquhoun
(1927 - 13 avril 1987) est un auteur de bande dessinée britannique.
Après avoir servi dans la Royal Navy en 1943, il reprend ses études au Art College. Il débute dans Conqueror en 1951 puis en 1952 il dessine un long feuilleton Légionnaire Terry’s Desert Quest, suivi de Bif Benbow (1953) et Wildfire (1953-54).
Il reprend ensuite la série Roy of the Rovers en 1954 (traduit dans Capitaine Rob des éditions mondiales entre 1959 et 1962), puis Paddy Payne (les aventures d’un pilote de chasse au cours de la Seconde Guerre mondiale) pour la revue Lion de 1957 à 1964. Suivent Saber King of the Jungle en 1967, inspirée de Tarzan et traduit en français par Yataca dans la revue homonyme, Football Family Robinson, Adam Eterno et Kid Chameleon. Son oeuvre la plus populaire est Charley’s War (1979-86) qui conte les aventures d’un soldat pendant la Première Guerre mondiale (partiellement traduit et publié dans Bengali et Pirates). Il a également illustré Zip Nolan (1974-76) une série qu’on peut retrouver en français dans des revues Arédit comme Bill Tornade ou OSS 117.
Colquhoun prend sa retraite en 1986, avant de s’éteindre le 13 avril 1987.


Les Bradley 

Les Bradley Les Bradley
 
- Pourquoi on aime tant les familles à problèmes ? 
Parce qu’elles sont si drôles. 
 
Peter Bagge 
 
Bienvenue chez les Bradley, l’archétype de la famille à problèmes : Buddy, jeune homme paresseux ; Babs, adolescente mal dans sa peau ; Butch, préadolescent particulièrement influençable ; Brad (le père), patriarche acariâtre ; Betty (la mère), qui les supporte tous grâce à sa patience légendaire. 
Les Bradley ont les nerfs à fleur de peau et leur petit pavillon finit pour ressembler davantage à un asile de fous qu’au paisible foyer d’une famille de la classe moyenne. Qu’ils soient aux prises avec des soucis professionnels ou en proie aux affres de la préadolescence, les Bradley sont toujours excités, névrosés, à la limite de l’hystérie et, parfois, bien au-delà. Nous assisterons donc aux tentatives « d’autogestion » de la famille, aux préparatifs de Noël, aux joutes verbales entre mère et fille qui se terminent, inévitablement, par un psychodrame…
Portrait cinglant de la petite bourgeoisie de l’ère reaganienne, la saga des Bradley n’a pas pris une ride. L’humour au vitriol de Peter Bagge, son graphisme explosif qui défie toute convention, en font encore aujourd’hui un des chefs-d’œuvre incontournables de la satire sociale américaine.

bradelyill1Publiées de 1985 à 1989 dans la revue Neat Stuff, les aventures des Bradley ont révélé le talent de Peter Bagge, qui s’est vite imposé comme un des plus grands dessinateurs satyriques américains, dans la lignée d’Harvey Kurtzman et de Matt Groening (qui, d’ailleurs, s’est inspiré des Bradley pour ses Simpson). Imaginée d’abord comme parodie du sitcom The Brady Bunch, que Bagge a passé à la moulinette de ses souvenirs d’enfance, la saga des Bradley a donné naissance à une série de personnages que le dessinateur a développé dans ses créations postérieures et dont Buddy Bradley est sans doute le plus connu. Ses aventures, publiées dans le magazine Hate ont été traduites en plusieurs langues (en France par Rackham, sous le titre de En route pour Seattle et En route pour le New Jersey), et ont contribué à faire de Bagge une star de renommée internationale. Robert Crumb a dit de lui : « On compte sur les doigts d’une main les dessinateurs dont le travail est si fort… peut-être sur deux ou trois doigts… c’est hilarant, quoi dire de plus?».
  
 
Et pour finir les news Panini (et chocolat) du jour:
MARVEL STARS HORS SERIE 1 (PROLOGUE DE FEAR ITSELF)
Voici le prologue de Fear Itself, le crossover Marvel de l’année. Ed Brubaker et Scot Eaton commencent à lever le voile sur le mystérieux livre de Crâne Rouge, un inquiétant et poussiéreux volume datant de la Seconde Guerre mondiale destiné à son unique héritière : Sin. Avec Captain America et les Envahisseurs en invités d’honneur !
(Contient les épisodes US Fear Itself : Book of the Skull ; Fear Itself : Sin's Past ; Marvel Spotlight : Fear Itself (interview) ; I am an Avenger 5 (I))

MARVEL HEROES EXTRA 08
Surgi des pages de MARVEL HEROES, le colossal Hulk rouge revient en force. Quel avenir se profile pour l'ex-général "Thunderbolt" Ross, maintenant que World War Hulks est derrière nous ? C'est à Jeff Parker et Gabriel Hardman de nous le dire dans un album exceptionnel de 144 pages !
(Contient les épisodes US Hulk 25-30 (I))

MARVEL UNIVERSE 29 CHAOS WAR 1/3
Le Roi du Chaos a rassemblé une armée de divinités aliens dans le but de détruire la réalité. Hercule et d’autres grands héros Marvel vont devoir défendre l’existence elle-même ! Par Greg Pak, Fred Van Lente, Khoi Pham et le légendaire Mike Kaluta.
(Contient les épisodes US Chaos War 1 (I) ; Chaos War 2-3 ; Chaos War : Chaos King 1 ; Chaos War : Ares)

ULTIMATE AVENGERS HS 3 (NOUVEAUX ULTIMATES)
Les Ultimates reprennent du service dans une histoire complète. Qu'est devenue l'équipe de Tony Stark depuis les événements tragiques d'Ultimatum ? Jeph Loeb et le grand Frank Cho lèvent le voile.
(Contient les épisodes US New Ultimates 1-5)

ULTIMATE SPIDER-MAN V2 N 10 (PRELUDE DE LA MORT DE SPIDER MAN)
Prologue de La mort de Spider-Man. Nous retrouvons la splendide Chatte Noire, Mystério et la Clé du Zodiaque. Iron Man fait aussi une apparition… musclée ! Par Brian M. Bendis, Sara Pichelli, David Lafuente et Elena Casagrande.
(Contient les épisodes US Ultimate Comics : Spider-Man 153-154)

DEADPOOL 05
Suite et fin de la confrontation entre Deadpool et Hit-Monkey avec Spider-Man entre les deux ! Cadeau de Daniel Way et Carlo Barberi. Et une nouvelle aventure démarre mise en images par Tan Eng Huat.
(Contient les épisodes US Deadpool (V4) 21-22)

BATMAN UNIVERSE 09

Bruce Wayne va-t-il rendosser le costume de Batman ? Que deviennent Dick Grayson, Damien Wayne et les autres membres de l'entourage du héros ? Toutes les réponses et le retour de Gant Noir dans cinq épisodes concoctés par Grant Morrison, Frazer Irving et Tony Daniel.


Alors? c'est pas le moment de quitter le boulot et de venir à Apo (K) Lyps, la librairie pleine comme la playlist de Joey Ramones.

Laurent