Central Comics Paris
25 rue de l'Ambroisie
75012 Paris

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h
ouvert le dimanche de midi à 19h30

tel: 0952782271
courriel: contact@central-comics.com

samedi 1 octobre 2011

Crossed, Ennis et Burrows - MILADY





 CROSSED


Une mystérieuse infection touche le monde, transformant les humains en bêtes assoiffées de sang. Les quelques survivants vont vite comprendre le réel sens de Vie et Humanité...



Se rapprochant d'une épidémie de zombie, Crossed est similaire au film The Crazies de Breck Eisner sorti en juin 2010 en France (qui n'est autre que le remake de La Nuit des fous vivants du célèbre Romero) !
Le scénario est étonnement fait, on assiste aux premiers contaminés puis au bout de 5 pages, on a sauté 10 mois de survie. Bien-sûr des flash-backs expliqueront certains détails mais (pour moi) on n'est pas assez plongé dans les origines de l’épidémie, du moins du début, chose qui n'accroche pas forcément le lecteur. Les contaminés, ressemblent à des croisées en raison de l'éruption de croix sur leurs visages. Ceux-ci ne sont pas uniquement tueurs psychopathes mais également violeurs et cannibales.Ils parlent, savent utiliser des armes, etc... Ils sont donc dotés d'une intelligence.

J'ajouterai que le lecteur ne s'attache pas forcément aux personnages. En effet, quand un des survivants perd la vie, aucune réaction sentimentale vis-à-vis du lecteur, du moins c'est mon opinion. Une raison à ça ? Peut-être. Je pense que d'une, c'est le premier tome, ce qui se comprend, je ne me suis pas accroché à Rick Grimes dès le premier Walking Dead soit-disant. De deux, Crossed a trop misé sur le choc plutôt que la psychologie humaine de nos survivants. Jacen Burrows aurait-il préféré choquer le lecteur dans ses dessins plutôt que de détailler les traits des personnages ? Parlons dessins. Plaisants. En couleur. J'ai apprécié l'environnement en ruines parcouru par les survivants. Les flammes, etc... Avec toujours beaucoup de sang.

En bref, un bon premier tome, au niveau dessin et scénario malgré ce petit manque de détail et ce sang omniprésent.

7/10

Kevin