Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

jeudi 29 septembre 2011

Villain, l'homme qui tua Jaurès, Casavane - ALTERCOMICS


Villain, l'homme qui tua Jaurès

"Je me nomme Raoul Villain et j’ai 29 ans, Mon père exerce encore les fonctions de greffier au Tribunal Civil de Reims. Ma mère est, depuis 20 ans, pensionnaire d’un asile d’aliénés.
Pourquoi j’ai tué Jaurès ? J’ai voulu, dans des circonstances aussi graves que celles que nous traversons, supprimer un ennemi de mon pays. N’allez pas imaginer que je fais partie d’un groupement politique quelconque. Je n’appartiens à aucune ligue ni révolutionnaire ni réactionnaire ; j’ai agi de mon propre mouvement."


Nous sommes en 1914 à la veille de la Première Guerre Mondiale. Et voilà ce que dit Raoul Villain quand il tue Jean Jaurès. 
Qui est Raoul Villain ? Villain fut surveillant au collège Stanislas, militant du Sillon, puis adhérent de la "Ligue des jeunes amis de l'Alsace-Lorraine", un groupement d'étudiants ultra-nationalistes d'extrême droite, et partisan de la guerre. 
Professionnellement instable et nationaliste engagé, Villain voit en Jaurès un ennemi pour la France.
Mais pourquoi Jaurès ?
Orateur et parlementaire socialiste, il est notamment connu par son pacifisme et son opposition au déclenchement de la Première Guerre mondiale.




De Casavane, Villain, l'homme qui tua Jaurès, est une biographie de ce dernier retraçant sa naissance jusqu'à ses deniers jours en passant par l'assassinat de Jaurès. Sous des dessins noirs et blancs proche de Fratelli (Alessandro Tota), le lecteur va découvrir un personnage idéologiquement dérangé et obsessionnel. Villain serait-il la Jeanne D'arc de la Première Guerre Mondiale ?

Pour ma part, cette BD ne m'a pas accroché. Peut-être parce que cette époque est trop lointaine pour moi. De plus, on a affaire à un personnage dont l'enfance n'est pas très normal. Non attirant en ajoutant ça avec des idéologies très extrémistes. Bref, une BD pas très attirante à mon goût.


5/10


Kevin