Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

dimanche 31 juillet 2011

Paris de Andi Watson et Simon Gane


Paris nous raconte l'histoire de Juliet, une jeune Americaine vivant à Paris dans les années 50. Elle est en école d'art qu'elle paye en réalisant des commandes que lui confie l'un de ses professeurs. Elle vit une vie de bohème avec sa colloc et profite de la vie parisienne. Une nouvelle commande pour une famille de la bourgeoisie va briser ses habitudes et certaines de ses idées reçues.

Paris est un récit chargé d'émotions. L'amour, l'amitié, l'angoisse, la joie forment un patchwork de sentiments qui nourrissent le récit. On découvre un Paris quasi-onirique qui, sans tomber dans le cliché, nous apparaît comme étant en décalage avec ce que nous connaissons de cette ville. Les lieux dessinés et évoqués dans l'histoire sont emblématiques de la vie culturelle de cette époque. On redécouvre l’ébullition de ces années qui annonçait déjà les grands changements  à venir dans les années 60.

Paris est aussi une histoire sur l'amour et sur le destin. C'est un petit ouvrage à découvrir et à offrir à ceux qui veulent retrouver Paris comme ils l'ont toujours rêvés en compagnie de personnages attachants.

Rémi

samedi 30 juillet 2011

A God Somewhere


La V.O. recèle bien des surprises, et souvent de très bonnes surprises. A God Somewhere en est la preuve. Il y a peu, Milady finissait d'éditer le triptyque (Supergod, No Hero, Black Summer) de W.Ellis qui avait pour volonté d'explorer divers conséquences de la présence de Super-héros dans notre monde. A God Somewhere aurait pu en faire parti...

Le récit de John Arcudi est centré sur trois personnages, deux frères Hugh et Eric et leur meilleur ami: Sam. Depuis l'université ils forment un trio inséparable et devenus adultes ils continuent d'avoir des projets en commun. Un soir une explosion ravage l'immeuble où vit Eric et déclenche/révèle les pouvoirs de ce dernier. Très croyant, celui-ci pense que c'est la main de dieu qui lui a conféré ces pouvoirs et qu'il doit donc agir pour le bien de l'humanité. Adulé par la foule et pourchassé par les paparazis, il va peu à peu s'éloigner de sa famille. Ses actes et sa mentalité vont également évoluer au cours de l'histoire.


Si l'histoire est assez classique, Moore, Ellis, Ennis ou encore Mark Waid ont déjà traités ce genre de sujets, l'originalité et l’intérêt de la série reposent ici sur l'humanité profonde du personnage d'Eric. Contrairement à d'autres récits où le héros est mis à l'écart de la société par son costume et son anonymat, Eric reste très longtemps considéré comme un humain comme les autres. Il est traité comme une star ou un personnage influent mais jamais véritablement comme un super-héros.
Ce sentiment d'humanité est notamment alimenté par la proximité que le héros entretien avec son entourage. En effet, toute l'histoire est perçue et en partie racontée par ses proches qui continuent à le voir et à le traiter comme ils l'ont toujours fait. Cela amène également un effet dramatique au récit car il se trouve entouré d'une aura de réalisme.


Le dessinateur, Peter Snejbjerg, nous offre une narration visuelle de très grande qualité. Il arrive parfaitement à maîtriser à la fois sa mise en page ainsi que ses plans pour donner un effet extrêmement dynamique à l'action. Ses dessins sont intelligents et très cinématographiques dans leur composition.

A God Somewhere est une histoire que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire. Si je suis naturellement attiré par ce genre de récit, je suis également très exigeant sur la manière dont ils sont fait. Arcudi et Snjbjerg s'en sortent à merveille et nous donnent une vision très personnelle de l'impact que pourrait avoir un homme tout puissant vivant sur Terre.

Rémi

Relaunch Marvel

/!\ Je vais parler ici de titres en V.O. qui ne sortiront pas en France avant plusieurs mois et donc probablement spoiler. /!\

Avant le débarquement en masse du relaunch de D.C., Marvel joue aussi le jeu de la terre brûlée sur quelques unes de ses séries. Ainsi, nous venons de recevoir Ghost Rider #1, Captain America #1, Daredevil #1 et nous avions également pu découvrir Moon Knight #1 en mai.

Ghost Rider:
Johnny Blaze n'est plus le Ghost Rider depuis que Adam l'a libéré de sa malédiction. Pourtant, quand Sin, un avatar du serpent débarque avec 2 sbires, un biker, ou plutôt une bikeuse à la tête en feu intervient pour faire le ménage.

Ce premier numéros signe le retour en série régulière de Ghost Rider. Très honnêtement, ce n'est pas ma série favorite mais ce relaunch semble intéressant. On est intrigué par cette nouvelle incarnation du Rider. D'autant qu'il semble assez clair que Johnny a encore un rôle à jouer... Ce premier tome reposant essentiellement sur un combat, il est difficile de voir dans quelle direction va aller la série. Faisons confiance à Rob Williams et gageons qu'il saura redonner un second souffle au titre. Le dessin de Matthew Clark est classique mais dynamique, il supporte bien le scénario.

Captain America:
Le plus patriote des Supers repart au numéro1. Alors que le Captain assiste à l'enterrement d'une vielle amie, il va être lancé sur une nouvelle enquête en lien avec ses origines et les évènements qui se sont déroulés pendant la guerre.

Avant toute chose j'ai bien aimé ce numéro, le scénario est bien construit et on est heureux de retrouver des personnages des origines de Captain America. Ce relaunch plaira certainement aux amateurs du Captain qui ne seront déçus ni par l'histoire de Monsieur Ed Brubaker ni par le dessin de Monsieur Steve McNiven.
La seule chose qui me chagrine un peu, c'est qu'on se concentre encore une fois sur le Captain America "super-soldat de la 2ème guerre mondiale" et qu'on oublie encore une fois que Captain peut être plus que ça. Dans Civil War on a découvert un personnage beaucoup plus profond et dont les idéaux dépassent ceux de la politique américaine. Bien évidemment, faire un Civil War bis serait une grave erreur mais je pensais sincèrement que Brubaker saurait s'éloigner de la mode induite par le film pour nous offrir une histoire vraiment originale.

Daredevil:
Daredevil revient. Le titre de la série a d'ailleurs changé, Daredevil, The man without fear étant remplacé par Here Comes... Daredevil. C'est certainement le relaunch le plus attendu par les lecteurs de comics après les évènements qui se sont déroulés dans Shadowland et dans la mini série Daredevil : Reborn. Cette renaissance s'est visiblement bien passée puisque Matt Murdock a reprit confiance en lui et est de retour pour combattre le crime.

Ce premier numéro est prometteur. Même si le personnage de Daredevil tourmenté gagnait encore en profondeur, on est heureux de le retrouver plus sûr de lui et rétabli en tant que véritable super-héros. Le numéro s'achève sur un élément qui nous laisse deviner ce qui se passera par la suite dans les aventures de Daredevil. Mark Waid semble avoir une bonne maîtrise de son sujet qui reste cependant à confirmer dans les numéros suivants. Seul bémol à mon avis, l'obstination qu'a Matt Murdock à nier le fait qu'il soit Daredevil alors que tout le monde est au courant.

Au niveau du dessin Paolo Rivera fait un très bon travail bien soutenu par l'encrage de Joe Rivera. Le dessin, qui échappe au modernisme excessif de certaines séries, soutient parfaitement le scénario et l'ambiance des aventures de Daredevil.

Moon Knight:
Si Daredevil est le personnage dont le relaunch était certainement le plus attendu, la dream team Bendis et Maleev sur Moon Knight a de quoi faire saliver. Après avoir longtemps sévi sur Daredevil puis sur Spider-Woman, on retrouve les deux compères au meilleur de leur forme.

Moon Knight est à nouveau recruté par les Avengers pour faire le travail. En effet, la (super-)criminalité sur la côte ouest des Etats-Unis augmente et Marc Spector y résidant, c'est à lui que revient la lourde tache de garder les rues sûres. Très vite, il va réaliser que plusieurs organisations sont en place et que l'aide de Captain America, Spider-man et Wolverine ne sera pas de trop.

Le scénario commence bien et un Moon Knight ayant toute sa tête est agréable à suivre. Bendis a un réel talent pour conduire son scénario et agripper le lecteur. Je ne pense pas qu'il est nécessaire de signaler qu'une fois encore le dessin de Maleev colle parfaitement au récit. Il s'adapte à l'ambiance de la série Moon Knight, notamment pour ce qui est des scènes nocturnes et de combat. Des quatre relaunch, c'est celui qui me semble le plus intéressant.

Rémi

vendredi 29 juillet 2011

LES CHRONIQUES D'ALEX : FEAR AGENT

FEAR AGENT


Synopsis : 

Heath Hutson, un mercenaire humain complètement déjanté et légèrement alcoolique, écume la galaxie à bord de son vaisseau spatial, essayant tant bien que mal de remplir les différentes demandes de ses clients. Alors qu'il est en pleine mission, il va découvrir qu"une race extra-terrestre belliqueuse s'apprête à venir conquérir la Terre. N'hésitant pas une seule seconde il part sauver sa planète natale et tenter d'empêcher sa destruction. Ainsi commence les aventures mouvementées du fear agent...



Mon avis :

Scénarisée par Rick Remender (Strange girls) et dessinée par Tony Moore (The walking dead), FEAR AGENT est une excellente série d'aventures, avec un vrai scénario. L'action est tout le temps présente, ne laissant que peu de répit pour le lecteur. Le personnage principal Heath Hutson incarne parfaitement le héros complètement désabusé, alcoolique, insolent et totalement désinvolte mais néanmoins toujours plein d'humour, et redoutable lorsqu'il s'agit de dégommer de l'extra-terrestre! On prend vraiment plaisir à lire ses déboires, qui empirent constamment malgré tous ses efforts pour améliorer les situations! Très dynamique, cette serie mélange différents genres, notamment,  l'horreur, la science-fiction et la guerre. Ce cocktail fonctionne à merveille et nous emmène dans des contrées toujours plus inhospitalières à la rencontre de créatures toujours plus monstrueuses et dangereuses. 
Au niveau du dessin, rien à redire, le trait de Tony Moore parvient à très bien dynamiser les scènes d'action et l'expression des personnages. Le style s'accorde parfaitement à ce genre d'aventure.
Si vous recherchez de l'action, du fantastique, de l'humour, tout ça associé à un scénario qui tient la route, alors n'hésitez plus! Les 5 tomes de FEAR AGENT (le 6eme est prévu pour septembre 2011) vous attendent dans votre librairie Apo(k)lyps!   8/10

Alex


DC s'échauffe pour septembre

Même les Sup' ont droit à des instants de détente.

jeudi 28 juillet 2011

Mini news V.F. du jeudi

Bonjour,

Une toute petite réception de nouveautés aujourd'hui avec:

DC UNIVERSE HORS SÉRIE 19 : GREEN LANTERN
irrégulier, 5, 40 €, 112 pages
Voici le prologue du film Green Lantern. Les cinq épisodes au programme ont pour protagonistes
Sinestro, Kilowog, Abin Sur, Tomar-Re et bien sûr Green Lantern. Des aventures incontournables
concoctées par Geoff Johns, Peter Tomasi et bien d’autres !
(Contient les épisodes US Green Lantern Movie Prequel : Sinestro ; Kilowog ; Abin Sur ; Tomar-Re ; Hal Jordan)



DC HEROES 4 : BLACKEST NIGHT
trimestriel, 5,60 EUR, 144 pages
Geoff Johns et Scott Kolins nous relatent les péripéties de Flash, tandis que James Robinson et Eddie Barrows ramènent la Société de Justice sous les feux des projecteurs.
(Contient les épisodes US Blackest Night Flash 1-3 ; Blackest Night JSA 1-3)



Bonne Lecture!

mercredi 27 juillet 2011

News V.O. du mercredi

Bonjour à tous,

Voici les nouveautés en version originale


ACTION COMICS #903 (DOOMSDAY)


AMAZING SPIDER-MAN #666


AMERICAN VAMPIRE #17


BATMAN THE DARK KNIGHT #4


BLACKEST NIGHT RISE OF THE BLACK LANTERNS TP


BLACKEST NIGHT TALES OF THE CORPS TP


BOMB QUEEN ALL GIRL SPEC #1


BUTCHER BAKER RIGHTEOUS MAKER #5


CAPTAIN AMERICA AND BUCKY #620


CAPTAIN AMERICA CORPS #2 (OF 5)


CRIMINAL LAST OF INNOCENT #2 (OF 4)


DANGER GIRL CAMPBELL SKETCHBOOK HC


DEADPOOLMAX #10 (OF 12)


DETECTIVE COMICS #880


DF FANTASTIC FOUR #588 HICKMAN SGN ED


DF FEAR ITSELF #1 FRACTION SGN ED


DF FEAR ITSELF #1 FRACTION SGN ED 2 PK


FABLES #107


FEAR ITSELF WORTHY #1


FF #7


GREEN LANTERN CORPS #62


GREEN LANTERN EMERALD WARRIORS #12


JOHN BYRNE NEXT MEN #8


KIRBY GENESIS #2


LOEG III CENTURY #2 1969


MIGHTY THOR #4


MMW X-MEN TP VOL 03 DM VAR ED


SECRET WARRIORS #28


SUPERGODS WHAT SUN GODS CAN TEACH US ABOUT BEING HUMAN HC


ULTIMATE COMICS FALLOUT #3 (OF 6) DOSM*


UNCANNY X-FORCE #12


UNDYING LOVE #4


WAR OF THE GREEN LANTERNS AFTERMATH #1 (OF 2)


WOLVERINE BEST THERE IS #8


X-MEN SCHISM #1 (OF 5) BLANK VAR


X-MEN SCHISM #2 (OF 5)

L'ESSENTIEL DE GREEN LANTERN

Le corps des Green Lantern a été créé par les Gardiens d'Oa, de mystérieux petits hommes bleus possédant d'incroyables pouvoirs. C'est une police inter-stellaire qui officie au niveau de l'univers. Celui-ci est divisé en différent secteur, chacun étant protégé par un Green Lantern. Ils sont  tous dotés d'un anneau pouvant matérialiser leurs pensées sous forme de constructions solides, les faire voler, et être protégé en permanence par un champs protecteur, en définitif l'anneau est l'arme la plus puissante de l'univers! Cependant la puissance de ce que va créer l'anneau dépend de la volonté de son porteur. Plus sa force de volonté est grande et plus l'anneau sera puissant. Chaque porteur est donc choisi par l'anneau lui même, qui détermine la volonté des individus et choisit celui qui dans son secteur à la plus grande capacité à surmonter la peur.

C'est pourquoi Hal Jordan, Green Lantern du secteur 2814 (englobant entre autre la terre) est considéré comme le plus grand des Green Lantern, c'est celui qui possède la force de volonté la plus importante.
Les origines d'Hal jordan, sa rencontre avec son prédecesseur, la remise de son anneau et son apprentissage auprès de Sinestro, sont retranscrites en VO dans l'excellente saga SECRET ORIGIN scénarisée par Geoff Johns, (sortie en VF le 17 août ou dès maintenant en VF également dans les numéros 52-53-54 de DC UNIVERSE ). Jordan va donc pendant plusieurs années protéger les habitants de la terre et vivre de nombreuses aventures avec les autres membres du corps, ainsi qu'avec ses amis de la Justice League of America dont il fait parti. Il deviendra un modèle parmi les Green Lantern et un héros hautement apprécié et respecté sur la terre. Jusqu'au jour où deux super-vilain, le tyran Mongul et le superman cyborg Henshwan détruisent totalement sa ville natale Coast City. Se sentant coupable de n'avoir pu sauver les habitants de Coast city, le célèbre Green Lantern va sombrer peu à peu dans la folie, et tenter de ramener les habitants à la vie grâce à son anneau.

Il affrontera, puis tuera les Gardiens et ses anciens partenaires du corps afin d'acquérir plus de puissance et deviendra l'entité connue sous le nom de Parallax.
Fort de ses nouveaux pouvoirs, Parallax essaiera de corriger et de remodeler le temps pour changer certains évènements du passé, comme l'agression du joker envers Batgirl (barbara gordon) qui lui fit perdre l'usage de ses jambes! Tous les héros de la terre ainsi que le dernier et tout nouveau Green Lantern, Kyle Rayner s'uniront face à cette terrible menace et tenteront de l'arrêter dans l'épique saga HEURE ZERO parut en France chez semic en  2004 (indisponible désormais).


Parallax sera finalement stoppé par la coalition des super-héros et se sacrifiera par la suite pour sauver la Terre d'une menace d'extinction. La vie d'Hal Jordan prend donc fin avec cette ultime aventure : JLA EXTINCTION, parut chez semic. De nouveaux Green Lantern vont faire leur apparition pour gérer le secteur 2814 en l'absence d'Hal Jordan : John Stewart, Guy Gardner et bien sur Kyle Rayner. Mais le plus grand des Green Lantern ne pouvait pas finir sa carrière ainsi et se voit donc rappelé par l'autorité divine pour servir d'hôte à l'esprit de la vengeance et incarner le nouveau Spectre. Débute alors la saga RENAISSANCE (Geoff Johns au scénario), parut en juillet 2011 chez Panini, ou on assiste à la résurrection d'Hal Jordan comme Green Lantern.

De retour au sein du corps, celui-ci va vivre de nouvelles aventures aux côtés des Green Lantern, qui le mèneront  à affronter de nouveaux et d'anciens ennemis tel que Sinestro et son tout nouveau corps de Yellow Lantern doté chacun d'un anneau jaune. Ceux-ci choisissent leur porteur en fonction de la capacité de l'individu à inspirer la peur (le contraire des anneaux verts!). Une guerre va donc éclater entre le corps des Green Lantern et le corps de Sinestro. Cette guerre sera le prélude à BLACKEST NIGHT, et nous apprendra qu'il existe d'autres anneaux de différentes couleurs. En effet, le spectre émotionnel est composé de 7 couleurs (vert, jaune, bleue, orange, rouge, rose, indigo), à chacune de ses couleurs est associée une émotion, qui définit la manière de fonctionner des anneaux. Le conflit entre le corps des Green Lantern et des Yellow Lantern va s'étendre à l'ensemble de ces autres corps. Mais ils devront faire face rapidement à un tout nouvel ennemi, le corps des Black Lantern, receptacle de la couleur noir synonyme de la mort et de l'absence d'émotion. Cet affrontement se déroule dans l'excellente saga BLACKEST NIGHT répartie dans plusieurs comics (Les trois ci-dessous sont disponibles en VO, et pour ce qui est de la VF, Les deux tomes, à gauche et au centre, ne sont disponibles pour l'instant  que dans les fascicules bimestriels DC UNIVERSE. Le tome de droite est quand à lui disponible sous cette forme là ) :




En espérant que cet article puisse vous servir de guide de lecture. Bonne découverte à tous!

Alex

EDIT :  Les comics cités dans cet article sont bien sur disponibles dans votre librairie Apo(k)lyps! (sauf Heure Zero).
Secret Origin => 15€ (VO)
Green Lantern : Renaissance => 25€ (VF)  15€ (VO)
JLA : Extinction => 13,90€ (VF)
Blackest Night : Green Lantern Corps => 29€ (VF) 20€ (VO)
Blackest Night : Green Lantern => 20€ (VO)
Blackest Night => 20€ (VO)


Revolver de Matt Kindt


Aujourd'hui, une petite chronique d'un comic en V.O. qui vaut vraiment le détour. Il s'agit de Revolver de Matt Kindt.

Sam, un photographe frustré fait un boulot sans trop d’intérêt et vit une relation amoureuse sans passion. Sa copine est superficielle et sa chef et tyrannique. Un soir il se couche après une nouvelle soirée passée dans un bar pour se réveiller dans un monde complètement différent. Les médias parlent d'attaques sur le territoire américain et les terroristes semblent partout. Mais le matin suivant il se réveil à nouveau dans le monde normal.
Il va alors devoir naviguer entre ses deux mondes, supporter l'horreur de l'un et la banalité de l'autre et découvrir ce qui cause cet étrange phénomène.


Le scénario de revolver est réellement prenant. C'est un one shot très bien construit, riche et intelligent. La manière dont Matt Kindt modifie ses personnages en fonction de la réalité dans laquelle ils se trouvent est intéressante et surtout extrêmement cohérente.

Le dessin s'adapte très bien à l'histoire. Le trait de Matt Kindt rappel un peu le côté incertain de ces mondes. De plus, il change les couleurs en fonction de la réalité dans laquelle se trouve le héros. Les personnages sont expressifs et c'est avec beaucoup d'intelligence qu'il modifie leurs expressions en fonction de la situation. Ainsi, le visage de Jan, la chef de Sam est beaucoup moins sévère dans le monde dévasté que dans le monde normal.


Revolver est une BD à découvrir de toute urgence. Pour l'instant uniquement disponible en version originale, esperons que Panini Dargaud aura l'intelligence de la sortir rapidement chez nous.

Rémi

vendredi 22 juillet 2011

Chroniques d'Alex: Green Lantern Renaissance

GREEN LANTERN : RENAISSANCE





Petit rappel des évènements pré-Renaissance : 

Après avoir perdu la raison suite à la destruction de sa ville natale Coast City par deux super-vilains, Hal Jordan va affronter ses anciens amis, et tuer quasiment tous les membres du corps des green lantern afin de s'approprier la puissance des gardiens d'Oa et tenter de ramener ainsi à la vie les habitant de Coast City. Malheureusement il échoue et se rendant compte de sa folie, va dans un ultime acte de rédemption  se sacrifier et sauver la terre d'une extinction totale en rallumant le soleil. Après sa mort Hal Jordan est rappelé pour incarner le nouveau Spectre, esprit divin de la vengeance, qui traque et punit les criminels. L'histoire de GREEN LANTERN : RENAISSANCE démarre à cette période, avec Hal Jordan dans la peau du Spectre et se poursuit avec la résurrection du plus grand des Green Lantern.


Mon avis :

Avec cette saga, Geoff Johns redonne vie à Hal Jordan, le plus grand des Green Lantern d'une manière totalement convaincante et très bien ficelée. Faire revenir d'entre les morts un héros d'une manière crédible est toujours un exercice difficile. Ici le scénariste ne tombe pas dans la facilité et nous donne à lire une histoire aboutit, captivante,  qui s'emboîte à merveille dans la continuité des aventures des Green Lantern. Le scénario ne part pas dans toutes les directions, il reste entrainant et incroyablement bien construit tout du long. Il nous permet de comprendre un peu mieux le comportement d'Hal Jordan lors des évènements sombres qui ont précédés sa mort, et nous révèle des éléments qui font la lumière sur bien des interrogations, tel que, Comment un super-héros comme Hal Jordan, qui incarnait le bien, a pu basculer ainsi et se retourner contre ses propres "frères"? 
Le dessin d'Ethan Van Sciver est excellent. Moderne et adulte, il est également riche en détails lors des constructions crée par  l'anneau des Green Lantern, ce qui ajoute un caractère réellement plaisant lors de la lecture de cet opus. L'encrage, primordial lors d'un récit des Green Lantern, est de très bonne qualité et nous en met plein la vue! 
Vous l'aurez compris, je ne peux que vous recommander cet ouvrage. A posséder ABSOLUMENT!

" In brightest day, in blackest night, 
No evil shall escape my sight 
Let those who worship evil’s might, 
Beware my power… Green Lantern’s light!"

Alex

Les legos enfilent leurs collants


Lego a obtenue une licence de la part de Marvel et DC pour produire des briques tirées de ces deux univers. C'est une excellente nouvelle qui nous vient tout droit de la Comic Con' de San Diego. Les chanceux qui s'y trouvent auront la possibilité de récupérer gratuitement une des 3000 figurines Batman et Green Lantern qui y sont distribuées.

Cette série appelée Super Heroes sera disponible dès janvier 2012. En attendant, les prix s'envolent sur ebay...

Lego lance également un concours à cette adresse qui vous permettra de remporter un voyage à Legoland et aux studios Warner Bros.

Je suis personnellement très impatient de découvrir ces figurines en vrai, vivement 2012!

Rémi

jeudi 21 juillet 2011

News V.O. du jeudi

Bonjour à tous,


Voici ce que nous venons de recevoir:




ACTION COMICS #902 (DOOMSDAY)


AVENGERS #15 FEAR


BATMAN #712


BLACKEST NIGHT BLACK LANTERN CORPS TP VOL 01


BLACKEST NIGHT BLACK LANTERN CORPS TP VOL 02


BOYS BUTCHER BAKER CANDLESTICKMAKER #1


CINDERELLA FABLES ARE FOREVER #6


CRIMINAL MACABRE GOON WHEN FREAKS COLLIDE


DAREDEVIL #1


DAREDEVIL #1 BLANK VAR


DF VENOM #1 REMENDER SGN ED


DMZ #67


FEAR ITSELF DEADPOOL #2


FEAR ITSELF FEARSOME FOUR #2 (OF 4)


FEAR ITSELF FF #1 FEAR


FEAR ITSELF HOME FRONT #4 (OF 7)


IRON MAN 2.0 #7 FEAR


JUXTAPOZ #127 AUG 2011


MARINEMAN #6


MORNING GLORIES TP VOL 01 FOR A BETTER FUTURE


REPULSE ONE SHOT


SCARLET PREM HC BOOK ONE 


THUNDER AGENTS #9


ULTIMATE COMICS FALLOUT #2 (OF 6) DOSM


UNCANNY X-MEN #541 FEAR


WALKING DEAD #87


WAR OF THE GREEN LANTERNS AFTERMATH #1


X-FACTOR #222


X-MEN #15


ZATANNA #15


Bonne lecture à tous!

mardi 19 juillet 2011

news VF du mardi

 Bonjour à tous,

En ce mardi pluvieux, rien de mieux qu'un peu de lecture. Voici les nouveautés que nous vous proposons:

Superman les aventures 2

Green Lantern

Conan T.7

Superman VS Predator

Les trésors d'Alan Moore

Slaine Tueur de démon


Bonne lecture!

dimanche 17 juillet 2011

Attack the Block, le film de l'été! Sauf aux U.S.A!!!

Attack the Block,

 film anglais dont nous parlions hier et que nous avons choisi comme le film de l'été 2011, risque d'avoir un parcours chaotique aux Etats Unis.
Ou comment un film au budget de 9 millions £ ( soit 10,26 millions € ou 14,52 millions $ contre 50 millions$ pour Super 8 par exemple...) fait trembler le pays le plus endetté du monde.

Sa sortie sur le territoire américain est prévue pour le 29 juillet, mais elle ne sera pas nationale.
Pas national car il manque un distributeur américain et que ce film a un gros soucis, c'est un film dans une langue étrangére de celle des citoyens américains, il est en anglais! (South inner city London gigs!)
C'est vrai que tous les américains n'ont pas de master en Chavologie...Ils n'écoutent passez assez The Streets!

OU BIEN...

Le film fait peur à Spielberg, et aux studios d'Hollywood, qui viennent de trouver une solution imparable pour couler le film, ou du moins l’empêcher de devenir chez eux le gros sleeper hit qu'il est!
Le film va être sous-titré, car les studios ont peur que le redneck ne comprenne pas le british slang...
Sachant qu'un film sous titré est considéré comme mort né aux states, sa carrière risque d’être compliqué d'autant que limité à certaines villes...

A la place un remake (qui sera comme souvent sans saveur...) pourrait être tourner.

Wait & see, en tout cas, ne boudez pas votre plaisir et aller voir ce film ( enV.O. de préférence, si vous regardez Dr Who ou Misfits en originale, pourquoi il y aurait un problème de compréhension pour celui ci?)

sources: THR & Joblo

Mike Skinner rulez!!!

P.S. si vous doutez encore de notre avis, lisez les critiques U.K., qui généralement ne sont pas tendre avec les prods locales

samedi 16 juillet 2011

Attack the Block, le film de l'été!

Oubliez Cap Am, Green Lantern ou bien Super 8, le film de l'été c'est contenté de traverser la manche!


Attack The Block, dans les salles des mercredi!











La perfide Albion lâche encore une bombe, et c'est ce film.
Lisez la critique du film par Robert Hospyan de Filmdeculte.com, site que vous vous encourageons à découvrir, si ce n'est déjà fait.


Un gang d’adolescents fait face à une invasion de féroces extraterrestres. Leur affrontement transforme une cité de Londres en une cour de récréation futuriste, un immeuble en une forteresse assiégée et des zonards en héros…





LES ANGLAIS ONT DEBARQUE

Disons-le d'office, bien qu'il ne présente rien de révolutionnaire, Attack the Block est une petite bombe en son genre. Un genre à la croisée de moult fleurons des années 80, à l'instar de Super 8 qui sort ce même été, mais si le film de J.J. Abrams est le yin, celui de Joe Cornish est un peu son yang. Ayant commencé sa carrière comme scénariste-comédien d'une émission à sketches célèbre outre-Manche, Cornish a par la suite trouvé en Edgar Wright une âme soeur et un partenaire d'écriture avec lequel il signe l'adaptation à venir d'Ant-Man pour Marvel et surtout celui du Tintin de Steven Spielberg. En gros, ça va pour lui. L'association avec Wright n'est pas étonnante au vu de ce premier long métrage qui partage avec Shaun of the Dead le même genre de postulat multi-référentiel et comique, mais jamais parodique, ancré dans un premier degré qui compense la geekerie de la démarche. Cette démarche, on peut la résumer ainsi : Les Guerriers de la nuit Vs.The Thing. Ou comme l'annonce le jeu de mots sur l'affiche originale, "Inner City Vs. Outer-Space" (la banlieue vs. l'espace). Ce qui est assez malin dans ce concept, c'est donc d'imaginer ce qui se passerait si les aliens débarquaient sur Terre et se retrouvaient non pas face à Elliott et ses gentils copains d'E.T. mais plutôt les brutes que sont Kiefer Sutherland et sa bande dans Stand By Me, version 2011. Ainsi Cornish va-t-il convoquer nombre d'influences cinématographiques tout en se permettant un sous-texte non négligeable.

THAT'S THE SOUND OF DA POLICE, THAT'S THE SOUND OF DA BEAST

Faut dire qu'aujourd'hui, quand on dit "banlieue", on ne voit plus la banlieue pavillonnaire de Steven Spielberg & Joe Dante, mais plutôt la zone et ses cailleras. Et c'est en ça aussi que le film dépasse le simple pitch avec un récit qui retourne la monstruosité - incarnée par les aliens - contre les monstres du quotidien - les jeunes du film, qui commence par une agression - et qui fait également du stéréotypé (jeunes qui se voient martyrs de la police) le stéréotypeur (la manière dont ils traitent leur victime initiale). Nous n'irons pas jusqu'à dire que le sous-texte est aussi important, mais on dénote clairement un propos qui émane de l'arc du protagoniste principal, notamment donc dans son rapport aux bêtes et au personnage féminin, faisant de lui un vrai anti-héros dans la plus pure tradition carpenterienne. A l'instar d'un Snake Plissken (ou des autres taulards de l'œuvre de John Carpenter, d'Assaut à Ghosts of Mars), le salut réside dans la figure du criminel. Entre la fumée des pétards qui renvoie à la brume de Fog ou le cuir de la toute première créature très The Thing, tout le film baigne dans l'héritage du cinéaste, comme cette volonté de tension au rythme d'un score electro (excellente BO signée Basement Jaxx sous l'égide d'un membre de l'équipe musicale de Scott Pilgrim). Tout comme ses aînés, Cornish sait également comment exploiter au mieux son côté fauché. Les créatures par exemple, au-delà d'un design old school à la Critters, possèdent une qualité presque métafilmique/métaphorique. Du noir avec des dents. A fuir absolument. Le peu de personnalité ou de mythologie que leur apporte le récit n'intervient qu'à la toute fin, de manière fonctionnelle. Le metteur en scène préfère les réduire à leur substantifique moelle, de manière très efficace, très parlante vis-à-vis du "sous-texte" sus-mentionné, avec aussi un très bon travail sur le son, confondant la BO avec le son strident qui s'échappe des bestioles, et qui participe là aussi à la tension.


FLASHBALL FILMIQUE

Jonglant à merveille avec les genres et les tons, Attack the Block parvient avec brio à lier le film d'horreur avec l'humour, principalement servi par une bande de jeunes avec leur jargon qui fait de la moindre expression une punchline. L'écriture est d'une habileté redoutable. Avec une durée compact d'1h28 qui va à toute allure et où l'action ne s'arrête jamais, le scénario développe son univers et pose un décor original instantanément crédible et vivant, avec sa tour filmée comme une forteresse au milieu d'un environnement bouillonnant à base de sirènes, de feux d'artifices et de wetdowns à l'ancienne (bitume mouillé pour plus de style). Il n'oublie pas pour autant d'étoffer ses archétypes par le biais d'une caractérisation économique qui réussit à lier la réalité sociale avec des éléments badass (les furtifs aperçus des foyers de chacun). Ce sont des petits cons et ils sont tous attachants. Quelque part, c'est un peu tout ce que des films comme Total Western et La Horde voudraient être. Encore une preuve que les Anglais ont tout compris au genre et au cinéma sans argent. Attack the Block est le premier film d'un inconnu, totalement dénué de stars, et l'on peut bénir le public des festivals qui ont su reconnaître la qualité de l'œuvre, permettant indirectement sa distribution jusque dans les salles françaises, en espérant que cette sortie estivale ne soit pas uniquement technique. Le panorama cinématographique est parcouru de petits films précédés par de bonnes réputations qui s'avèrent décevants. Alors ne vous fiez pas à la hype. Allez vérifier par vous-mêmes.

vendredi 15 juillet 2011

News V.O. et V.F. de la semaine

14 juillet oblige, il vous aura fallu attendre un peu pour cette news. Voici la liste de ce que nous avons reçu.


En V.O.


50 GIRLS 50 #2 (OF 4)


ALPHA FLIGHT #2 (OF 8)


AMAZING SPIDER-MAN #665


AMERICAN VAMPIRE SURVIVAL OT FITTEST #2 (OF 5)


BATMAN BRUCE WAYNE THE ROAD HOME HC



BATMAN THE DARK KNIGHT #3

BLACK PANTHER MAN WITHOUT FEAR #521 FEAR


BLACK PANTHER MAN WITHOUT FEAR TP VOL 01 URBAN JUNGLE


BLACKEST NIGHT GREEN LANTERN CORPS TP


BLACKEST NIGHT GREEN LANTERN TP


BLACKEST NIGHT TP


CAPTAIN AMERICA #1


CAPTAIN AMERICA #1 BLANK VAR


CASANOVA GULA TP


CLASSIC NEXT MEN TP VOL 01


COWBOYS HC


DC COMICS PRESENTS BATMAN GOTHAM NOIR #1


DETECTIVE COMICS #879


FEAR ITSELF SPIDER-MAN #3 (OF 3)


FF #6


GHOST RIDER #1 BLANK VAR FEAR


GHOST RIDER #1 FEAR


HELLBOY THE FURY #2 (OF 3)


HOMELAND DIRECTIVE GN 


INCOGNITO TP VOL 02 BAD INFLUENCES


JACK MAGIC VOL 01 (OF 2) LIFE & ART OF JACK KIRBY 


JIM SILKE NUDE JOB OF FIGURE DRAWING SC


JOURNEY INTO MYSTERY #625 FEAR


LIL DEPRESSED BOY #5


MARVEL ART OF MIKE DEODATO HC


MEMOIR #4 (OF 6)


NEW AVENGERS #14


NEW X-MEN BY GRANT MORRISON GN TP BOOK 03


NORTHLANDERS #42


PARIS COLLECTION TP


RED WING #1 (OF 6)


SAM &; TWITCH COMPLETE COLLECTION HC VOL 01


SCRAPBOOK UNCOLLECTED WORK 1990 2004 TP


ULTIMATE AVENGERS VS NEW ULTIMATES #6 (OF 6) DOSM


WALKING DEAD COMPENDIUM TP VOL 01


WALKING DEAD SURVIVORS GUIDE #4 (OF 4)


WOLVERINE #12


X-FACTOR SCAR TISSUE PREM HC


X-MEN LIFEDEATH PREM HC


X-MEN LIFEDEATH PREM HC DM VAR ED 71


X-MEN SCHISM #1 (OF 5)


En V.F.
MARVEL HEROES EXTRA #7


MARVEL UNIVERSE HS #10


ULTIMATE AVENGERS #8


DEADPOOL #3


DC UNIVERSE #63


Bonne lecture à tous!