Central Comics Paris
25 rue de l'Ambroisie
75012 Paris

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h
ouvert le dimanche de midi à 19h30

tel: 0952782271
courriel: contact@central-comics.com

samedi 18 décembre 2010

Les cadeaux de fin d'année, un livre par jour! 10/10

Dernier numéro de la sélection de noël, et cette fois ci nous n'allons pas parler d'un livre, mais de tous les livres qui méritent votre attention, et pas qu'en cette période!

Nous aurions du conclure cette série par Astérios Polyp

mais nous n'en n'avons plus (en français du moins), donc nous avons décidé de faire l'impasse sur la BD DE L'ANNÉE, tout genre confondu.
Nous espérons fortement qu'en janvier nous recevrons les 50 exemplaires que nous attendons, et que David Mazzucchelli écrasera la concurrence au Festival d'Angoulême!

Tout de même nous signalons aux lecteurs qui ont découvert son travail récemment qu'il nous reste un peu de ses ouvrages parus chez Cornélius, et que Panini à eu l'heureuse idée de rééditer Batman Year One

 l'une des meilleurs aventures du Dark Knight.

Dans la catégorie "les choses qu'on aurait jamais cru voir au catalogue de Panini", citons C'est un oiseau,

superbe roman graphique qui explique la difficulté d'être scénariste sur l'un des titres le plus connu des Big Two. Ou comment faire une bd entière sur Superman en ne parlant presque pas de lui.
En même temps l'auteur a des raisons d'avoir un probleme avec Clark Kent, ce personnage est pour lui à jamais lié à un passage douloureux de sa vie.
Un album à mettre entre les mains de tous, mais particulièrement de ceux qui pensent que DC c'est un truc de gosses (y'en a encore des gens comme ça?).

Delcourt à publié de belles perles, inutile de citer Walking Dead

un titre désormais trop grand public pour notre coté défricheur mais qui mérite son succès actuel, comme Tony Chu

ou encore Local.

Le premier est un polar gore et cartoony, où le décalage entre ce qui est décrit et le dessin est une magnifique trouvaille. Le second est une sorte de quête au cœur de l'Amérique, une recherche de son propre "moi" à travers l'errance du corps.
Tony Chu est un policier qui connait l'origine de ce qu'il ingurgite, et ça va faciliter sa carrière au sein d'une agence s'occupant de la répression du trafic de poulet.
Local raconte en 12 histoires/chapitres la "fuite" en avant de Megan, son voyage dans l'Amérique où les gens peuvent déménager du jour au lendemain avec l'espoir d'une "autre" vie.
Connu aux states sous le nom de Chew, Tony Chu est une série qui prend donc place dans un monde ou le poulet est un produit interdit (suite aux problèmes de grippe), vendu au black market. Tony a le don de connaitre le passé de tout ce qu'il mange, et est engagé par la police de la "répression sur les aliments et les stupéfiants" afin de mener des enquêtes.
Un an, une ville, voila le programme de Megan depuis qu'elle s'est enfuie de Portland. Désormais sur la route à la recherche de son foyer, nous allons par son intermédiaire découvrir des coins des USA oubliés de la photo clichée NYC-LA. Nous allons découvrir également pleins de portraits de la jeunesse actuelle, un album à savourer en écoutant Soul Asylum et la clique de Seattle à fond.

Un autre comics qui parle des laissés pour compte du rêve américain, c'est Scalped, qui aurait pu s'appeler " Un flic dans la tribu".

Un "born américan" comme ils disent retourne dans sa  tribu, 15 ans après l'avoir quitté, et se fait engager comme adjoint au shérif tribal. Ce type, Dashiell Bad Horse, est un agent du FBI infiltré, il a pour mission de réunir suffisamment de preuves sur son nouveau Boss pour le faire tomber.
Une plongé dans un des univers les plus pauvres et sombres de la grande Amérique, avec comme toile de fond, sexe, violence, drogue, règlements de comptes et Red Power.
A quand Léonard Peltier en guest?

Ankama veut nous gâter et devenir un grand éditeur en publiant tout Tank Girl,

quelle belle idée!
Tank Girl refoule à plein nez l'esprit punk DIY qui donna les sound systems et les free parties du début des nineties anglaises, et grand bien nous fasse! Tank girl conduit un tank, baise avec des kangourous, rote, pète et aime la bière, Tank Girl a des couilles pour une fille, et elle le prouve à travers ses aventures débridées et complétement givrées. Tank Girl, c'est la femme rêvée! Bouillante d'énergie comme l'étaient ces années là où nous étions tous si heureux de sortir des années quatre-vingt, surtout les anglais qui se tapaient Miss Maggie  depuis trop longtemps.

La bombe inclassable à chaque nouvelle parution c'est Mutafukaz!

Run , auteur français, a réussit à intégrer comics, mangas et jeux vidéos ensembles, à passer tout cela dans un shaker teinté de culture barrio et l'étaler à travers les planches des aventures de Angelino & Vinz.
Un truc de fous furieux!
 On va pas raconter l'histoire une millionième fois, mais comment passer à coté de cette série?

Dans le genre ovni , il y a aussi Kick Ass,

un comic rafraichissant pour les lecteurs de comics, un plaisir difficile à avouer en famille, mais qui peut être va sceller définitivement le sort de son auteur?
Mark Millar va t il arrêter de nous raconter la même histoire que dans 1985 ou encore Wanted?

Faudrait parler aussi de Wilson

et Toxic,

mais l'article devient long, en tout cas Clowes et Burns sont en grande forme.

  Immanquable aussi, c'est le vol.2 de Sin City l'intégrale,

la réédition en mono-volume de Koma,

ou le troisième tome de Ultra Heaven (le meilleur manga de l'année).

Working

est un livre qui va mettre du temps à trouver son public mais qui restera comme un ouvrage de référence de part son travail exemplaire, et la finesse de ses portraits.

La vie secrète des jeunes

fait toujours autant rire, voire plus encore si on accepte le ton acerbe et cynique qui transpire des pages.



Enfin la note de l'innovation et de la ré-invention de deux genres s'appelle Les Autres gens!

Deux genres, la télénovela (ou le feuilleton) et la bd.
La bd que tu lis de ton ordi, en t'abonnant pour le prix d'un demi par mois, qui compte déjà plus de 200 épisodes, et qui est déssiné par la créme de la nouvelle école française, Loic Sécheresse en tête, mais aussi Erwan Surcouf et bien d'autres mais on va tous les cités sinon les absents vont bouder, le tout chapeauté par la plume de Thomas Cadéne, que nous savions déja bon auteur,  scénariste de grande qualité. Espérons, pour nous, qu'il ne sa fasse pas débaucher par la télé ou le ciné, car c'est quand même un régal de suivre tous les jours les évolutions de ce projet.

Mieux que la bédé, il y a Les autres gens!