Central Comics Paris
25 rue de l'Ambroisie
75012 Paris

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h
ouvert le dimanche de midi à 19h30

tel: 0952782271
courriel: contact@central-comics.com

vendredi 14 mai 2010

Chic Planete! Dansons dessus!


Planetary
par Warren Ellis et john Cassaday, Soleil, Semic et Panini comics pour les versions françaises.
DC/Vertigo pour les éditions en version originale.







La série Planetary a un parcours un peu chaotique en France ce qui a notamment participé à sa faible diffusion. On retrouve par exemple le tome 1 chez Semic et chez Soleil, l'édition chez soleil comportant deux épisodes de moins que l'édition chez Semic. C'est d'ailleurs pour cela que je vais me concentrer sur l'édition Semic pour les tomes 1 et 2 et sur Panini pour le tome 3 et le futur tome 4.
Avant de parler de Planetary, revenons sur la carriere de son auteur:






La carrière d’Ellis a commencé en 1990 en Angleterre. Parmi ses travaux de débutant on trouve une histoire courte de Judge Dredd et une page de Doctor Who.
En 1994, Ellis commence à travailler pour Marvel Comics,il participa au label Marvel 2099, principalement pour une storyline où un Docteur Fatalis du futur prend le pouvoir aux États-Unis, surement la meilleur histoire de tout l'univers 2099. Suite au succès critique de ce titre, il participe au renouveau de Marvel des années 1990, avec de auteurs comme McFarlane ou Jim Lee. Il travaille ainsi sur Excalibur, et lui donne une dimension inégalé.
Ellis travailla ensuite pour DC Comics, Caliber Comics et surtout pour Wildstorm, alors dans le giron d’Image Comics, où il écrivit DV8, une mini-série dérivée de Gen 13 et prit en main Stormwatch. Après la fin du volume 2 au numéro 11, Ellis et Hitch lancèrent The Authority, une équipe de super-héros née des cendres de Stormwatch. The authority mérite une présentation compléte plus longue, et l'occasion arrivera vite avec la réedition en vf.
En 1997, Ellis commença sa série en creator-owned, Transmetropolitan - histoire d’un acerbe journaliste "gonzo" dans des États-Unis futuristes – avec le dessinateur Darick Robertson sous le label Helix de DC. Quand Helix cessa d’exister, l’année suivante, Transmetropolitan fut transféré dans le label Vertigo et devint l’un des comics sans super-héros publié par DC ayant le plus de succès. La série dura 60 épisodes (plus quelques spéciaux), s’arrêtant en 2002, une fois que l'auteur n'eut plus rien à y raconter( 6 volumes en vf, idem à traiter plus tard)
1999 vit le lancement de Planetary, une autre série Wildstorm par Ellis et John Cassaday, ainsi qu’une courte participation d’Ellis à la série Hellblazer de DC/Vertigo. 


 
Planetary est une organisation mondiale qui a pour but d'enquêter sur les phénomènes paranormaux afin de les référencer dans une sorte de guide. Pour ce faire, la société emploie de nombreux informateurs et analystes à travers le monde et envoie ensuite sur les lieux une équipe de trois personnages pour mener l'enquête. Cette équipe est constitué de Jakita Wagner, une femme à la force et à la vitesse sans équivalent et qui agit en leader, le Batteur, un jeune homme qui a le pouvoir dont rêvent tous les geeks: pouvoir parler aux machines et Elijah Snow, le dernier arrivé qui peut agir sur la température de son environnement. Ces 3 personnages sont sous le commandement direct du Quatrième Homme dont on ne sait pas grand chose au début de la série, si ce n'est qu'il est extrêmement riche puisqu'il finance Planetary. On en apprendra plus sur lui comme sur Snow au fil de l'intrigue.




Warren Ellis développe deux grandes thématiques dans ce comic. La première est celle du Super-héros. Il a en effet déclaré « Je cherchais à faire quelque chose qui va plus profondément dans le sous genre [celui du super héros NDR], montrer ses racines et ses branches » . Pour ce faire, il fait de nombreuses références aux héros les plus connus: Hulk, Fantastic Four, Superman,Doc Savage … et les intègre à son univers(sans jamais les appelés par leurs vrais noms pour des raisons de droit mais de façon suffisement clair pour etre compris par le lecteur). Ses personnages principaux sont également des super héros au sens large du terme. En effet, s'il n'ont pas pour vocation d'aider directement les autres, ils ont toutefois chacun un pouvoir, élément déterminant pour faire d'eux des surhommes.
Étonnamment, le fait que ces Super-héros n'aient aucune implication direct avec les hommes normaux évite toute forme de confrontation. Les hommes de Planetary ont pour seule mission d'observer, mais ils outrepassent souvent leur mission quand leur intervention est inévitable, ils ont une attitude généralement très passive envers les phénomènes paranormaux. Évidemment, cela n'est pas vrai quand les phénomènes en question sont très proches du fil conducteur de l'histoire.

Le 2ème grand thème de la série est la culture populaire. Omniprésente, chacune des enquêtes est une référence à une ou plusieurs œuvres de cette culture. Ansi dans le premier volume, on peut citer par exemple « Godzilla », les films d'actions chinois ou des personnages issus du monde de Wildstorm. En effet, c'est dans celui-ci que prend place l'action de Planetary et les liens avec cet univers sont forts. Elijah Snow est d'ailleurs une sorte de pendant au personnage de Jenny Sparks que Warren Ellis avait inventé pour la série The Authority.



Si au départ on peut avoir l'impression que la série n'est constituée que de courts one-shots, on se rend vite compte qu'ils s'articulent tous autour d'une trame centrale. En effet, on apprend que le monde de Planetary fait partit d'un Multivers, représenté sous la forme d'un gigantesque flocon de neige, et que des liens entre les univers peuvent se faire. Les enquêtes apportent généralement quelques éléments de réponses sur les mystères qui entourent la trame principale de la série mais également de nouvelles questions.



Planetary est un comics extrêmement riche qui demande à être relu pour commencer à entrevoir toutes ses ramifications. Bien qu'on puisse le lire sans connaitre toutes les références présentes, ces dernières apportent une valeur ajoutée non-négligeable. Véritable hommage à la pop culture du 20eme siecle, cette série semble réunir tout se qui touche Ellis dans le domaine de la fiction. En révélant les éléments constitutifs de l'histoire au compte goute, Warren Ellis entretient une forme du suspens qui accroche le lecteur. Le tome 4 sera très bientôt disponible en France et terminera la série. Espérons qu'il amènera avec lui une réédition des tomes précédents.