Central Comics Paris
25 rue de l'Ambroisie
75012 Paris

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h
ouvert le dimanche de midi à 19h30

tel: 0952782271
courriel: contact@central-comics.com

samedi 19 septembre 2009

fichtre de lecture!





Hihihi,
on a un nouvel ordinateur et pratiquement toute la librairie est en mode douchette, mais on trouve tout de même le temps de lire, et surtout de donner son avis éclairé à la lampe à huile sur deux trois belles sorties de la rentré, alors on lâche le Beigbeder et on se précipite pour lire la plus belle chose qui est arrivé ces 15 derniers jours, à savoir le subtil et intriguant "Pachyderme" de Frederik Peeters, éditer par Gallimard pour la modique somme de 16.50€.

Si un lecteur me connait(je suis Laurent, bonjour!), il va se dire que je n'ai plus que ce nom à la bouche, si vous êtes passé une fois à la boutique et que je n'ai pas essayer de vous mettre un (ou plusieurs) exemplaire des "Pilules bleues" dans votre sac c'est sans doute parce que je n'avais pas encore avaler la mienne, de pilule, pas de sac. On ne raconte pas "Pachyderme", on le lit, on le dévore, on le relit, et on en rêve. Il est en effet question de rêves, d'espionnage, d'amour, d'existence, de vie, de la Suisse, des années 50, d'une femme, d'un homme, d'un hôpital et d'usagers. Il est effet question d'un pachyderme et de pleins d'autres dermes. Ceux qui ont découvert Peeters avec "RG" vont peut être pas accrocher, mais ses lecteurs d'avant, ses lecteurs qui connaissent Atrabile, qui ont lu "Lupus", "Ruminations" ou encore "Koma", ceux la vont comme moi adorer ce livre, lui construire une estrade et l'acclamer! L'histoire, les couleurs, le découpage, les personnages, tout est simplement magnifique!

Frederik Peeters signe son livre le plus déroutant à ce jour, un Pachyderme où l’on peut rapidement perdre pied . Un récit mêlant espionnage, rêves étranges et ambiances fantastiques. Un freak show mental.(actuabd.com)

Les premières planches plongent immédiatement le lecteur dans un monde surréaliste: un éléphant couché bloque la circulation, une sorte d’énorme fœtus fait coucou de la main, un hôpital mi rassurant mi inquiétant surgit de la forêt. On est presque plus chez Bunuel que chez Lynch…
Car on a tendance à comparer ce petit bijou aux films de Lynch...

L'action se situant dans l'immédiat après-guerre en Suisse, on ne s'étonnera qu'à moitié du fait que la déambulation interloquée de la jeune femme soit parasitée par une rocambolesque affaire d'agents secrets au parfum de guerre froide.
Chez Frederik Peeters, le fantastique est une pente naturelle. Mais l'insolite, l'absurde, l'inquiétant même, ne sont que les composantes d'une fantaisie pointue, parfois déroutante, toujours incisive. Et quand la vérité se profile aux ultimes soubresauts de cette aventure, on admire sans réserve le talent d'un manipulateur hors pair : un inattendu portrait de femme était caché dans ce récit tout en trompe-l'œil virtuose. Que fait-il là, dès la deuxième planche, cet éléphant couché, inanimé (mort ?), au milieu de la route ? A coup sûr, il crée un embouteillage.
Mais encore ? Patience, car des questions, on n'a pas fini de s'en poser. Comme l'héroïne, qui, pénétrant dans l'hôpital où son mari a été transporté après un accident, est illico embarquée dans une sarabande où chacun, patient, infirmier (infirmière ?) et même défunt soudain ressuscité, semble avoir un petit grain. Mais ce n'est rien en regard des extravagances mousseuses et un brin pathétiques du vieux beau alcoolique qui tient lieu de chirurgien star de l'établissement. Un florilège de personnages touchants mais "hallucinés"!
Carice Sorrel va être confrontée à une kyrielle de personnages intrigants, doubles d’elle même, agents secrets en fuite, faux médecin, véritable amoureuse transie… Jusqu’à douter de sa propre existence. Dans cet album déroutant, récit à tiroirs sur les choix de la vie, l’auteur nous entraîne dans la foulée de Carice Sorrel. Sur le chemin qui la mène à l’hôpital, elle est arrêtée par un éléphant couché sur la chaussée( je crois que vous l'avez compris!). L’irruption de cet imposant animal est le point de départ d’un basculement lent, méticuleux et total vers le fantastique.Une longue série de bizarreries, spirale émotive qui aura sur elle des effets vertigineux. Sa vie va changer.

Quel que soit le genre que Frederik Peeters aborde, c’est à un voyage intérieur qu’il convie ses lecteurs.
Que ce soit avec la bouleversante histoire d’amour avec sa compagne séropositive (Pilules bleues, un best-seller d’Atrabile traduit dans dix langues), avec une science-fiction plus intimiste que galactique (Lupus, une série primée à Angoulême), avec le monde souterrain peuplé de monstres de Koma (scénarisé par Wazem) ou avec Pachyderme

Chaque nouvel album de Frederik Peeters est un événement. Après les magistrales séries Lupus et Koma, et l’épatant diptyque policier R.G.

On va toujours chercher l’exotisme ailleurs, alors qu’on peut rendre un pays comme la Suisse suffisamment exotique pour faire un bon décor. Par l’ambiance, la lumière, le silence, un certain confinement… Et ce choix colle avec la protagoniste, qui cherche à s’extraire d’un milieu grand bourgeois un peu pincé.Cela ne se réduit pas à un rêve car sinon le lecteur se sentirait vite exclu d’un univers qui n’est pas le sien. On peut voir Pachyderme comme un songe bâti pour qu’on ait envie de tourner les pages.
Quand on vous dit que c'est bien , faut nous croire!