Central-Comics Paris
25 rue de L'Ambroisie
75012 Paris
tel: 0952782271
email: contact@central-comics.com

ouvert du lundi au samedi de 11h à 20h.
ouvert le dimanche de 12h à 19h30.

jeudi 4 décembre 2008

Sélection noel, suite





Finalement on s'y remet aujourd'hui.

Opération Mort
Mizuki/ Cornélius
27€
Après Nononba et les souvenirs d'enfance, cette fois l'auteur se penche sur ses souvenirs de soldat pendant la deuxième guerre mondiale. Pour ce faire, il nous dépeint la tragique aventure d'une troupe de japonais entraînés dans l'horreur du conflit. Seul auteur japonais, pour l'instant , à avoir eut l'honneur d'Angouleme et de son grand prix.

Mon frère nocturne
Johanna Hellgren/Cambourakis
15€
Dans un mois, c'est l'anniversaire de Jakob, il va sur ses 10 ans, et ça le fait flipper grave. Normal, car Jakob a eut un frère qui s'appelait Jakob et qui est mort le jour de ses 10 ans, et neuf mois avant la naissance de notre personnage. Sa mère le voit comme la réincarnation de son défunt frère et il a très peur de subir le même sort. Sans l’aide de bulles, cette histoire elliptique est distillée au fil de dessins libres de cases, parfois enchevêtrés ou installés sur une pleine page. Joanna Hellgren, jeune auteur suédoise qui a élaboré cet album en français, use d’un trait fin, presque sommaire. Elle déforme ses personnages, ne les réduisant jamais à des enfants mignons et lisses. Un récit tendre et sensible, qui dépeint à petites touches un traumatisme psychologique profond. Sélectionné pour Angouleme, ce roman graphique à l'encre de chine est un petit bijou. Sans sensiblerie inutile et avec finesse, Joanna Hellgren construit une histoire à la polyphonie savante, peut-être prévisible mais sachant surprendre par une rythmique singulière, allant du montage au rapport texte / image, à un dessin passant incessamment de la plume au pinceau, comme soulignant une nécessité de comprendre et une forme d’urgence à savoir.
à lire d'urgence!
(au passage, Johanna sera à la librairie ce samedi des 15h30!)

Pilules bleues
Frederik Peeters/Atrabile
20€
Si un livre devait symboliser notre travail de libraires à Apo(k)lyps, se serait celui ci. Plus de 3 ans que la librairie existe et il se vend toujours aussi bien, mais pas grâce à nous, grâce au talent de son auteur, et l'histoire qu'il raconte. On peut dire que Frédérik Peeters a signé avec « Pilules bleues » l'un des plus beaux romans autobiographiques jamais parus en bande dessinée. Il n'y peut rien, c'est la vie qui a choisi pour lui, qui lui a fourni le matériau de base de cette histoire, pourrait-on dire. Oui et non.
C'est vrai que Peeters ne fait rien d'autre que de raconter une tranche de sa vie sur près de deux cents pages en noir et blanc. Mais il raconte si bien ce qu'il a vécu en compagnie de Cati, sa compagne, et du fils de celle-ci, que l'on peut parler d'un petit chef d'oeuvre. 34 pages de légèreté durant lesquelles Frédérik et Cati se rencontrent, se manquent, se retrouvent et se reperdent. Puis, un rendez-vous plus sérieux. Et en deux planches, tout bascule. De la chronique amoureuse, on passe à la baffe dans la gueule. Cette fille inaccessible que Frédérik a toujours rêvé de séduire, la voilà enfin disponible. Le mari n'est plus dans la place, Cati est seule avec son fils. Elle et Frédérik se plaisent, le courant passe. Alors, elle lui dit ce qu'elle ne peut pas lui cacher plus longtemps : elle est séropositive.

Tout le talent de l'auteur est de nous raconter la suite sur le même ton : les doutes, les questions posées ou passées sous silence, la relation exceptionnelle qui va se nouer avec cet enfant en sursis (lui aussi est séropositif) ou encore avec leur médecin, les petits bonheurs et les victoires sur la mort, tout cela est décrit avec une apparence de légèreté qui trahit une volonté de ne pas se prendre au sérieux, de ne pas raconter autre chose qu'une belle histoire d'amour.

C'est ce regard simple, humble même, qui transforme cette histoire et en fait un conte de l'ordinaire. Peeters refuse de prendre la plume pour se poser en héros, en juge ou en exemple, encore moins en martyr. Il se livre avec une désarmante sincérité. Son dessin est à l'image du reste : simple, dépouillé, débarrassé de toute envie d'en faire trop ou d'épater.

et voila, c'est long comme résumé mais ce livre vaut qu'on fasse autre chose qu'un pitch. Un résultat qui ne laisse pas insensible.

Un chef d'oeuvre sensible mais jamais mielleux.
Au passage tout Peeters est à lire, en commençant par Ruminations, chez le même excellent éditeur(21€)!

la suite demain!(ou plus tard!)